Et alors association d'art contemporain

Association pour l'Art Contemporain Artistes Archives Alentours À lire Acquérir Liens Contact

XueFeng CHEN 陈雪峰
Plasticienne Textile

XueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne TextilerougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne TextilerougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne TextileXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne TextilerougeXue-Feng Chen rougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne TextilerougeXue-Feng Chenrouge
© Xue-Feng Chen


Née en 1975 à Kunming — Chine
Vit et travaille en France et en Chine


Formation
2000 Diplômée des Beaux-Arts du Yunnan (Kunming Chine)
2006 Diplômée de l'École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg (DNSEP)

XueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne Textile rougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne Textile rougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne Textile rougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne Textile rougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne Textile rougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne Textile rouge © Photos Xue-Feng Chen
> Mon travail se nourrit de deux cultures : ma culture maternelle, celle du Yunnan (sud-ouest de la Chine) et la culture occidentale, celle de mon environnement quotidien actuel.
J'ai vécu toute mon enfance dans un village du Yunnan où vivent des populations qui perpétuent des coutumes basées sur des cultes primitifs, des coutumes qui remontent à l'origine de l'homme. Dans mon village le culte fait partie de la vie. Ma mère brûlait souvent de l'herbe parfumée, disposait des fruits sauvages, collait des « Jiama » colorés à côté du four dans lequel elle disait qu'un « yeye » habitait. (les « Jiama » — art folklorique du Yunnan — sont des images gravées sur bois, imprimées sur papier de « terre » en couleurs vives). Lorsqu'on était vraiment très malade, ma mère fabriquait un cercueil en terre dans lequel elle mettait un petit personnage et qu'elle allait déposer dans la montagne pour qu'il emmène la maladie avec lui. Pour nous protéger, ma mère nous confectionnait des vêtements et des chaussons à broder. Je me souviens d'un tiroir qui était rempli de papiers coupés de toutes les formes qui lui servaient de supports pour faire ses broderies.
Quand je suis arrivée en Europe, il ne fallait plus me parler de broderie. Je rejetais cet aspect-là de ma culture d'origine. Je dessinais, je peignais, m'intéressais à la vidéo, et puis avec le temps, je me la suis réappropriée. Une réflexion sur moi-même m'a poussée à retrouver un lien avec ma culture natale.
En 2005 j'ai commencé à créer mes installations en utilisant des techniques mixtes : la broderie, la sculpture, le dessin, le papier coupé… Je réutilise les techniques « traditionnelles » tout en continuant à développer mon langage personnel et mes recherches sur des liens qui peuvent se nouer entre les principes d'installation dans l'art contemporain et la pratique des cultes avec lesquels j'ai grandi.
Les couleurs vives deviennent très présentes dans mon travail, broder est devenu comme écrire dans un journal intime. Je retranscris tous mes souvenirs d'enfance, mais aussi mon présent, les moments qui m'ont marquée. Cette manière de travailler répond à un besoin pour moi de vivre les couleurs et la culture du Yunnan, mais c'est aussi un moyen d'expression me permettant de continuer à vivre et partager cette culture comme ma mère me la transmise. Xue-Feng Chen

Xue-Feng ChenXue-Feng ChenrougeXue-Feng ChenrougeXue-Feng ChenrougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne Textile rougeXue-Feng Chen rougeXue-Feng Chen rouge
© Xue-Feng Chen
> Les œuvres aux techniques mixtes de Xue-Feng Chen tissent avec ses broderies un lien ingénieux entre son Yunnan natal (Chine) et sa terre d'adoption française. Elles sont, avoue l'artiste, fortement influencées par sa mère, les traditions locales et le folklore de son enfance. Si la broderie est souvent associée aux ouvrages de dames de bonne famille, calées dans leurs fauteuils dans des salons au silence étouffant, Chen donne un nouveau sens au dicton « Le diable donne du travail aux mains oisives » avec ses constructions délicates, ses poupées brodées de motifs ouvertement sexuels ou violents, et ses grotesqueries. Sa Chinese Doll 3 (2008) aux ailes blanches repose sur des anneaux rose pâle et fuchsia ; son cœur rose et ses organes génitaux verts s'exhibent aux yeux de tous ; elle est criblée d'épingles de la tête aux pieds, comme une poupée vaudou ou un spécimen d'insecte dans la collection d'un naturaliste. Le Cercueil Blanc (2007),
Une tente en tissu blanc diaphane suspendue au plafond, évoque un rituel funéraire pour corps absent en lévitation. Organes, têtes grimaçantes, personnages schématiques (des pleureuses ?) et formes diverses sont cousus sur les panneaux. Le titre est évocateur, mais il est inutile de savoir s'il se rapporte à un moment particulier de la vie de l'artiste pour être ému par la grâce de cette structure. De prime abord, la toute aussi délicate Vie Primitive pourrait être pris pour un mural décorant une chambre d'enfant, jusqu'à ce qu'on s'aperçoive que les seize disques de tissu contiennent des silhouettes d'animaux en train de s'accoupler. Malgré ce thème résolument adulte, un esprit enfantin perdure dans ces formes relativement simples cousues de fils aux couleurs de bonbon, qui rappellent les dessins rapportés de l'école par de petites mains.
Vivian Rehberg, Traduction Denyse Beaulieu

Xue-Feng ChenrougeXue-Feng ChenrougeXue-Feng ChenrougeXue-Feng ChenrougeXueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne TextilerougeXue-Feng Chen rouge © Xue-Feng Chen

Le 11 mars 2011, un séisme d'une magnitude de 9,0 a été enregistré au large de l'île de Honsh ?, sur la côte Pacifique du Japon, engendrant un tsunami qui a ravagé totalement ou partiellement de nombreuses villes et zones portuaires. Ce tsunami fit vingt et un mille morts ou disparus.
Quatre centrales nucléaires ont été particulièrement exposées à la violence du tremblement de terre et au déferlement du tsunami. Des accidents majeurs se sont produits, notamment, dans la centrale de Fukushima, si bien que le gouvernement japonais a déclaré l'état d'urgence nucléaire. Des centaines de milliers d'habitants ont été contraints d'être immédiatement déplacés.
Comment être solidaire d'un tel drame ? C'est la question que soulève le projet « Silk me back ». Initié, au lendemain de la catastrophe, par Isabelle Moulin, et porté par l'association Silk me back (association à but non lucratif, relevant de la loi du 1er juillet 1901), ce projet trouve son origine dans les relations diplomatiques franco-japonaises nouées au XIXe siècle, dont l'établissement coïncide avec une série de catastrophes biologiques survenues en Europe, qui ont menacé la production de soieries. La ville de Lyon, notamment, a vu son industrie mise en péril par l'apparition de maladies du ver à soie, la pébrine et la flacherie, notamment. Dès 1855, la France est obligée d'importer 61 % de ses graines (œufs de vers à soie) ; en 1860, c'est près de 84 % de graines qu'elle fait venir du Japon, où les vers résistent aux maladies européennes.
Parce que la ville de Lyon n'a pas oublié qu'elle doit au Japon d'avoir pu maintenir l'exceptionnelle qualité de sa soierie, il paraissait légitime d'imaginer, en hommage à ces échanges et comme soutien aux sinistrés, un événement solidaire autour de la soie qui rappelle l'amitié qui nous unit à l'archipel.
L'association Silk me back a donc sollicité une vingtaine d'artistes, confirmés ou débutants, qui ont accepté de créer un kimono en souvenir de la catastrophe du 11 mars 2011. Les industries lyonnaises soutiennent le projet en fournissant, notamment, les soies nécessaires à la réalisation des kimonos.
Aux côtés de Bucol (Holding Textile Hermès), partenaire de la première heure, le musée des Tissus et la Fondation Bullukian ont souhaité, dès l'origine, s'associer à cette démarche. Une sélection de quatorze kimonos sera donc présentée, un an exactement après le séisme et le tsunami, au musée des Tissus (du 16 au 25 mars 2012), tandis que les artistes sélectionnés exposeront, parallèlement, une pièce de leur choix à la Fondation Bullukian. Il sera ainsi possible de mesurer toute l'implication des artistes dans la création d'un kimono, toute la distance qu'ils ont prise, aussi, avec leur travail pour aborder la catastrophe.
La collection de kimonos, dans sa totalité, sera ensuite dispersée dans une vente aux enchères organisée par Artcurial (Paris), et les bénéfices de la vente seront reversés à deux associations, KnK Japon (Enfants sans frontières) et au Furusato Project, qui œuvrent auprès des enfants sinistrés, des victimes du tsunami, et les accompagnent dans leur démarche de reconstruction.
Communiqué de Presse / SILK ME BACK musée des Tissus – Fondation Bullukian.


Xue-Feng Chen rouge
© Vidéo réalisée par
Kimono de Vie
> Xue Feng Chen s'est imprégnée, toute son enfance, des coutumes et des rituels de son village natal connu pour ses somptueuses broderies traditionnelles. ce kimono arachnéen d'organza blanc est brodé comme une robe de mariée. dans la culture chinoise, on dit qu'une femme est une maison. lorsqu'elle se marie, on glisse et on cache souvent dans sa robe de cérémonie des objets prati- ques ou symboliques qui lui serviront dans sa nouvelle vie. ici, ces graines préservées dans leurs pétales sont autant d'espoirs de renaissance en devenir.

Silk me Back est une démarche artistique et solidaire valorisant les liens privilégiés et soyeux entre France et Japon, initiée suite aux évènements de Fukushima en mars 2011. Une collection de 27 kimonos créée par des artistes contemporains et soutenue par le réseau textile rhônalpin a été exposée durant une année dans différents musées et galeries tels que Musée des Tissus, Fondation Bullukian à Lyon, Soieries Bonnet dans l'Ain et Galerie de Nesle à Paris.

"L'AMOUREUSE" ZUEFENG CHEN from Christine Goyard on Vimeo.

EXPOSITIONS
2014
     « Dans Quelle vie tu Monde(s)? » dialogue franco-chinois sur art et l'environnement — Paris, Metz, Wuhan, Shanghai, Beijing
     XueFeng Chen, artiste participant à la Journée d'étude « Rencontres et écarts France/Chine » Art contemporain, révélateur des mondes en construction.
     « Art Paris Art Fair » avec Awena Cozannet, Patrice Giorda et Laurent Mulot — Paris
2013
     « Story & Spirit » collectif, galerie Françoise Besson — Lyon
     « L'amoureuse » galerie Françoise Besson — Lyon
     « RéCéation » collectif, bibliothèque de Part Dieu — Lyon
     « La trame de soi » collectif, Écomusée Textile de Wesserling — Ungersheim
     « Création contemporain pour jeunesse » Bibliothèque de Part Dieu — Lyon
     « Silk Me Back » Vente aux enchères au profit des sinistrés de Fukushima et du tsunami, Hôtel Westin Paris-Vendôme — Paris
2012
     « Sans fil» collectif, Festival label soie des canuts — Lyon
     « Silk Me Back » collectif, Aux Soiries Bonnet — Jujurireux
     « Silk Me Back » collectif, Musée des Tissus et Fondation Bullukian — Lyon
2011
     « Scènes de ménage » collectif, Écomusée du Haut-Beaujolais, La Manufacture-Marnand — Thizy
     « Anaana » Espace Art Plastique Maison du Peuple — Vénissieux
2009
     54ème Salon d'art contemporain de Montrouge, exposition collective — Paris
2008
     « Sans titre », Maison des Arts Contemporains de Pérouge — Pérouge
     « Tout le monde dehors », Installation, intervention avec l'association AbiAbo La Friche RVI — Lyon
2007
     Association Pêle-Mêle (exposition itinérante — Alsace)
     « Sans titre » Musée de l'œuvre Notre Dame (Nuit des Musées) à Strasbourg
     « Sans titre » la MAPRA — Lyon
2006
     Collectif, Diplôme fin d'année des Arts Décoratifs, Jardin de l'Observatoire — Strasbourg
     « Sans titre » à la Cour des Boecklins — Bischheim
     « JingZhe Art Salon » exposition collective — Shanghaï (Chine)
2005
     « Sans titre » Association Pêle-Mêle (exposition itinérante) — Alsace
     « Objets de vie » Exposition collective, La Chaufferie — Strasbourg
2004
     « Sans titre » Association Pêle-Mêle, exposition itinérante — Alsace
2003
     « Mois de la culture chinoise » Galeries Lafayette — Strasbourg



Xue-Feng Chen rouge
© Xue-Feng Chen


Collection publique
2007
     Sculpture et Installation au Jardin des épouvantails — Béville le Conte, proche Chartre



Vidéos

« Visite à l'Atelier » par Christine Goyard — Vimeo

 

« Anaana » par Christine Goyard — Vimeo


> L'œuvre protéiforme de Xue-Feng Chen a vite fait de nous convier en un territoire éminemment autre où l'imaginaire semble avoir pris toutes ses dispositions pour se déployer à son aise.
Exposées à l'Espace arts plastique de Vénissieux, les sculptures et les broderies créées par l'artiste auront ainsi le loisir de poursuivre le dialogue qu'elles ont amorcé dans les coulisses de l'atelier. De fil en aiguille, au gré des formes qui n'en font qu'à leur tête, Anaana plonge le visiteur dans un univers haut en couleurs qui emprunte au magique sa force de surprise et son pouvoir enchanteur.

L'imaginaire a ses sources mais point d'ancrage. C'est là certainement que réside sa force, dans cette dynamique nomade qui préfère aux frontières de l'esprit les attraits et les possibles des confins.
Le dépaysement véhiculé par les œuvres de Xue-Feng se forge tout d'abord dans un écart manifeste avec le réel et ses marques habituelles. Il se nourrit des jeux de l'esprit, des péripéties du corps et des volutes de l'inconscient, et relève précisément de tous ces possibles soudain rendus aux sens : ici, l'homme peut enfin assumer ses devenirs minéraux, végétaux ou animaux, le corps se jouer de la peau et s'inventer des combinaisons inédites. Quant aux mots, partis en goguette pour se faire images, ils semblent désormais déterminés à déloger le sens des sentiers battus.

La tête a pris les jambes à son cou, les bras lui en sont tombés à cœur joie.

L'imaginaire a bien ses sources, et celles dont il est question ici annoncent d'emblée un ailleurs qui conjugue le géographique et le culturel. Aux escapades de l'esprit s'associent donc tout d'abord les montagnes du Yunnan que des divinités païennes affectionnent tout particulièrement.
Les œuvres de Xue-Feng portent les empreintes à la fois formelles et symboliques d'une culture chinoise ancestrale qu'il conviendrait d'appeler « maternelle  », au même titre que la langue. Dépositaire de traditions orales qui modèlent le rapport des hommes au terrestre et au divin, qui tissent un lien indéfectible entre l'image, le symbole et le culte, la mère est à bien des égards une figure primordiale pour l'artiste. Dépeinte en une bienveillante nourricière aux seins généreux, elle est l'élément pro-créateur qui assure la mise au monde des formes et leur pérennité.
Ces traditions, qui sont transmises par les femmes pour être incarnées par la communauté, délimitent un univers où le profane côtoie le sacré ; elles imprègnent le quotidien pour orchestrer une relation au monde environnant et accompagner les événements de la vie (fêtes, naissances, décès, maladies). Elles investissent également le monde sensible, à travers des motifs récurrents qui joignent l'utile à l'agréable. Les divinités s'avèrent gourmandes et esthètes à la fois ; aux hommes de les honorer au travers de cultes qui sont autant des pratiques de vie que des symboles en éveil.

Le rapport de Xue-Feng Chen à cet héritage de pratiques (broderie, papiers découpés) et de rituels qui furent siens n'est pourtant pas une évidence. Ici ou ailleurs, la tradition peut rapidement se transformer en un carcan qui empêche toute incartade. La menace de s'enliser dans des pratiques ancestrales et d'être, au final, dépossédée de son propre imaginaire s'avère également conséquente. Il a donc fallu que Xue-Feng Chen se départisse de ses attaches premières, qu'elle se dépayse au propre comme au figuré pour tisser sa trame personnelle en faisant peu cas des frontières de toutes sortes.
Anaana est aussi le fruit des ces pérégrinations, la mise en œuvre d'un métissage de cultures (africaines, amérindiennes, chinoises) et de techniques singulières qui, réunies en territoire de l'imaginaire, façonnent des parentés inédites.

Cœur d'artichaut tout yeux tout oreilles mais sans queue ni tête en avait l'eau à la bouche.

Renforcée par sa soif d'« ailleurs  », la curiosité de l'artiste est sans failles. Chacune de ses installations, et à fortiori de ses totems effrontés, est une mise en œuvre de combinaisons insolites de matières et de formes qui célèbrent la force expressive des contrastes. Bien qu'elle fasse fi des frontières qui distinguent le traditionnel du contemporain, les passerelles engagées par Xue-Feng Chen sont résolument ancrées dans ce qui se joue entre l'homme et ses pratiques, entre l'image et le symbolique.
Emprunté à la langue des Inuits du Canada, le titre de l'exposition Anaana laisse suffisamment de liberté à l'imaginaire du néophyte pour être déjà la promesse d'un voyage en terre insolite. Quelque part entre terre et ciel, au plus près des lévitations d'une Poupée volante et d'une Dévorée ou dans les nébuleuses trajectoires d'un Rêve décomposé. Car, s'il emprunte au magique son pouvoir enchanteur, l'univers délimité par Anaana convie également l'immatériel et l'évanescent là où on ne les attend guère, c'est-à-dire dans l'épaisseur de la matière et la densité de l'espace. Fortes de leur verticalité, les créatures totémiques font lien entre qui s'offre au regard et ce qui lui échappe résolument.

Amorcée lors de ses études, la rencontre avec des pratiques contemporaines a parachevé la rupture nécessaire pour émanciper la démarche de Xue-Feng Chen. Telle une ouverture, ce dépaysement lui a permis de se forger des affinités électives avec d'autres univers formels et d'enrichir, dans un même temps, la palette des matériaux et des techniques.
En amont des créatures totémiques qui se profilent déjà dans les fours de l'École des Arts Décoratifs de Strasbourg, Xue-Feng élabore « en cuisines  » un lien privilégié avec chaque matériau. Un lien invisible mais néanmoins perceptible qui donne le ton à la dynamique de l'œuvre toute entière. Il s'agit de sonder les propriétés intrinsèques du matériau choisi (terre, tissu, fil, pigment), de l'éprouver sous toutes les coutures afin de se l'approprier et de le détourner ensuite sans réserves de ses usages convenus.
La métamorphose qui anime les corps et les formes se trame déjà là, au stade préliminaire, dans les devenirs du fil, du tissu, de la terre ou du papier.
Ouvrage de dame peut-être, mais assurément pas sage, chaque broderie tisse avec patience le corps en fête, aiguille le fantasme, pique le mot. D'emblée, le fil s'étoffe, allie le trait et la matière, et décline une palette de textures tout aussi tactiles que visuelles.
Le devenir de la terre tient, quant à lui, quasiment de l'alchimie. Matière première de ces divinités d'un genre nouveau, elle se plie aux exigences des formes, se marie au papier, au pigment et au fil pour révéler, au final, des parentés insoupçonnées avec l'organique.

Bouche en cœur, jambe de maille se mit le doigt dans l'œil pour y risquer sa peau.

Les sculptures et les broderies de Xue-Feng Chen transportent le spectateur en un terrain singulier et pourtant familier à la fois. L'équilibre des deux est fragile, d'autant que le terrain en question est mouvant et qu'il ne cesse de se réinventer en éprouvant les repères habituels.
Les métamorphoses des corps et la déraison des formes alimentent un sentiment d'étrangeté persistant. L'unheimlich affectionne particulièrement les dissonances qui destituent les certitudes et qui viennent perturber l'ordre établi. Le jeu d'échelles, l'hypertrophie d'une tête ou l'autonomie lutine d'un sexe suffiraient à le convier au détour d'une œuvre. Mais ici, l'étrangeté ne se contente pas des libertés prises avec et par les corps ; elle s'accroît dans un va-et-vient constant entre ressemblance et dissemblance. En somme, ça y ressemble, oui mais pas tout à fait, voire finalement plus tellement. Les contours des sculptures se dissolvent jusqu'à déborder et devenir flaques, un escarpin esseulé révèle des accointances végétales tandis que des objets résolument non identifiés désignent le règne de l'organique sans pour autant le certifier. Ce doute qui ne s'avoue jamais vaincu est l'assurance d'une insatiable adhésion en la force expressive de l'entre-deux et d'une mise en alerte des sens.

Pourtant voilà, ça y ressemble encore.
L'indicible qui insiste en chacune des œuvres participe de la vie elle-même et de ses cycles, là où Eros s'acoquine à Thanatos et où le rêve surprend le réel. Tandis que la mort s'octroie des ailes, les ventres s'arrondissent, les seins se démultiplient comme pour rappeler la parenté des extrêmes dans le cycle de la vie.
La sensation d'être néanmoins en terrain familier naît progressivement, à mesure que l'installation délimite son aire de jeu et qu'elle élabore son langage propre dans les ritournelles des formes (le cercle, le totem) et dans l'apparente naïveté du trait.
A bien y regarder, il y a là en effet quelque chose qui tient du rêve ou plutôt de la cohérente incohérence des rêves.
Une fois les repères habituels relégués au placard, les créatures créées par Xue-Feng instaurent, dans l'espace qui leur est dévolu, la logique implacable de leurs permutations et de leurs écarts à la règle.
Il apparaît dès lors significatif, que ce soit aussi du côté des « singuliers  », des œuvres créées par des aliénés et des artistes bruts, que Xue-Feng Chen a découvert un monde d'affinités. Au-delà de la marge qu'elles incarnent, ces œuvres font écho à sa propre démarche par l'immédiateté qui lie l'image au symbole et la spontanéité du geste le plus élaboré soit-il. Mais c'est aussi du côté de ce qui insiste à travers elles – ce que le discours aliéniste aura identifié comme « symptôme  » – et qui meut la représentation que des liens se tissent. Cet indicible du passé qui en appelle à la forme pour se manifester atteste que la représentation est également affaire de survivances.

L'estomac sur les talons se mit de bouche à oreille les doigts dans l'œil, cul par-dessus tête.

L'indicible qui se joue des formes pour faire surface est complice du corps. Modelé sans répit, toujours en devenir et jamais établi, celui-ci se délie jusqu'à faire de l'œil à l'informe et mettre à jour ce qu'on n'osait lui soupçonner. Chaque excès, chaque combinaison, chaque permutation, en somme chaque pied de nez à l'enveloppe et au squelette véhiculent la célébration d'un corps émancipé de ses contraintes.
Le corps en fête que Xue-Feng dépeint avec force de couleurs vives, de membres surnuméraires ou autonomes, est peut-être tout d'abord celui du désir qui, tel un rébus, se laisse deviner en filigrane des formes gourmandes d'une Amoureuse, des extrémités florissantes d'une divinité incandescente ou des seins d'apparat d'Anaana. Toute cette apparente pagaille est en réalité au diapason du désir qui réagence le corps à sa guise, escamote des parties pour en valoriser d'autres ou le démantèle sans vergogne. Les déraisons du corps dressent une cartographie toute subjective qui préfère les échappées signifiantes à l'ordre établi des choses.
Anaana – la mère – est aussi le féminin qui s'écrit à travers ses métamorphoses et son appartenance au cycle de vie et de mort. Paré de ses attributs jusqu'à excès, digne d'une divinité qui ne sait plus où donner de la tête, le corps maternel est peut-être le lieu même où s'incarne le désir.
Ce corps qui s'extériorise et qui s'excède est, à l'image de la mère – Anaana –, un corps-maison à reformuler et à échafauder sans cesse, un lieu de vie où la forme interpelle ce sur quoi elle n'a prise.
Selen Ansen, théoricienne de l'art, enseignante à l'Université Bilgi d'Istanbul, january 2012


XueFeng CHEN 陈雪峰 Plasticienne Textile
Investir le territoire d'artistes contemporains qui utilisent le fil et brode à la main.
Opuscule «Cérémonies» réalisé par Louve Delfieu photographe, Sandrine Fagniez graphiste et Natalie Mei conceptrice-rédactrice édition DMC livrets d'idée.


Publications & Catalogues
2013
     « Cérémonies » édition DMC livrets d'idée — Mulhouse
2012
     « Silk me Back » DRAC rhône-alpes (bénéficie du soutien du bureau consulaire du japon à lyon)
2011
     « Anaana » Espace Art Plastique Maison du Peuple — Vénissieux
2009
     54ème Salon d'art contemporain de Montrouge - Paris

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Pour les ouvrages disponibles > Cliquez ICI








Google