Et alors association d'art contemporain

Association pour l'Art Contemporain Artistes Archives Alentours À lire Acquérir Liens Contact

Nadine LAHOZ-QUILEZ
Plasticienne, Scénographe

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Byrsa opus II
Lahoz-QuillezLahoz-Quillez© Nadine Lahoz-Quilez
Nadine Lahoz-Quilez nous offre un fil tendu entre le pourtour méditerranéen, un lien entre passé et présent, entre patrimoine et création, entre tradition et contemporanéité. A la suite de sa résidence en Tunisie d'où a découlé l'exposition Byrsa au Musée national du Bardo à Tunis en novembre 2015, l'artiste nous dévoile des œuvres qui se sont construites au fil du temps par des techniques, des pratiques et des questionnements universels.
Des techniques, telles que la broderie ou la couture, qui soulignent un savoir-faire, aliant la beauté du geste, la main qui travaille la matière, sont ici transcendées par l'artiste. Des pratiques dans lesquelles Nadine Lahoz-Quilez s'implique physiquement et socialement dans des projets participatifs ou le collectif prend tout son sens dans l'échange et le croisement culturel. Des questionnements sur le rapport au corps, au dedansdehors, au territoire et à la frontière.
Qu'il soit dévoilé, voilé, suggéré, évoqué, caché, absent, magnifié, déformé, objectisé, enfermé, décomposé, le corps nous confronte dans sa re-présentationà l'identité, à l'intime et aux codes sociétaux. Au delà de cette enveloppe, parure, carapace, camisole, déguisement, écran, le sujet n'est autre que la femme au coeur de la société, entre tradition et modernité. Elle interroge l'apparence et l'identité.
Dans l'obscurité de l'évitement il est question du voile, accessoire d'évitement du regard où se jouent les limites du prolongement de ce qui est caché. Une perruque géante a été réalisée puis de jeunes Tunisiennes ont joué le jeu d'une séance photos. Telles des « Marie-Madeleine », la longue chevelure dénouée dissimule le corps. Cette chevelure qui peut symboliser selon les cultures la féminité, la séduction, l'érotisme, et qui doit être cachée du regard par le voile, devient ici une chevelure-voile, un écran, une mise en abîme…
Byrsa, Cuir, mosaïque de perles de verre – 190 X 190 cm Après l'assassinat de son mari par Pygmalion, Didon, fille de Bélus, roi de Thyr, s'enfuit pour gagner la pointe nord de l'Afrique. Elle conclut un marché avec les autochtones : acheter autant de terres qu'une peau de vache peut en contenir. Elle découpe cette peau en fines lanières puis elle encercle un territoire pour bâtir la citadelle de Byrsa et fonder Carthage. Une peau tel un territoire, étendu, extensible… Une peau telle une carte, délimitant un espace, comme un continent avec ses reliefs et ses frontières. Une peau sans connotation mortuaire mais au contraire un hymne à la vie, symbolisant la construction et l'émancipation d'un peuple entraîné et porté par une femme.
Le stratagème a réussi… Ce cerveau aux broderies de perles de verre délicates apposé tel un coeur sur la peau, nous renvoie au stratagème.Nous retrouvons cette préciosité et cette finesse dans la série des dessins Exploration fonctionnelle, nous invitant à un voyage inter-cellulaires où les connexions internes nous mettent en réseau. Le dedans-dehors, le caché-le vu, l'interne-externe sont au coeur des méandres des relations humaines.
Dans l'oeuvre de Nadine Lahoz-Quilez, chaque pièce est autonome mais fait partie d'un tout, d'où une force émane par la démultiplication et la prolifération. Les formes aléatoires recouvertes de peau sur lesquelles des broderies issues d'images anatomiques sont apposées, forment une ligne horizontale contrebalançant les courbes et jouant de la lumière et de l'espace. La prolifération petit à petit nous gagne et nous devons y prendre part.
Au delà du détournement et de la réappropriation, au delà du savoir-faire et des techniques artisanales l'artiste nous donne à voir des oeuvres d'une force et d'une portée universelles…
Christel Roy Responsable du Pavillon de Vendôme


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Dans l'obscurité de l'évitement
Nadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblanc
© Nadine Lahoz-Quilez
> Dans L'obscurité de l'évitement il est question du voile, accessoire d'évitement du regard où se jouent les limites du prolongement de ce qui est caché.
Si la longue chevelure est parfois associée à Marie-Madeleine, elle est signe de féminité, de séduction et d'érotisme. « Dans l'obscurité de l'évitement » il est question du voile, accessoire d'évitement du regard où se jouent les limites du prolongement de ce qui est caché. Portée par de jeunes tunisiennes, cette perruque géante devient un voile qui dissimule à son tour tout le corps. partie d'une série qui a été présentée au Musée national du Bardo en novembre 2015.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Trichos(le poil en grec)
lahoz-quillez
© Nadine Lahoz-Quilez
> Une réflexion sur notre relation au corps et sur la pilosité. Le cheveu révèle des modes et des comportements allant du fétichisme à la tonsure, du jeu érotique à la quête de l'autre par-delà de la vie. Entre le glabre et l'hirsutisme, le poil est objet de métamorphose. Support d'une expression révélée et secrète, il est capable d'adopter une multitude de formes, oscillant entre la norme et la contestation, l'attirance et la répulsion. Les poils, frisottants, lisses, drus, implantés, supportés par et dans la peau sont le vestige de notre matière première. Qu'ils soient touffus, épais, vigoureux ils marquent notre caractère primitif et primordial. Confier ces accessoires à la spatialité, aux mouvements, à la danse pour révéler notre consensus secret et symbolique, pour mettre en tension nos écarts entre animalité et raffinements. La spatialité va s'organiser entre le jeu du corps dans l'espace et des projections vidéo, du plan au volume, de l'écran au sol. De cette interaction va naître une pièce hybride et modulable entre spectacle, performance et projection. Trichos, projet danses, vidéos et sons avec Anne-Marie Pascoli - Captation : Jeanne Coudurier - Montage vidéo : Nadine Lahoz-Quilez et Jeanne Coudurier - Musique : Alain Lafuente. 1ère monstration en octobre 2014 au musée d'art et industrie de St-Etienne puis musées de Gadagne dans le cadre du festival Label Soie.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Boutillis, paralysie du sommeil et d'ailleurs
blancLahoz-QuilezblancLahoz-QuilezblancLahoz-QuilezblancLahoz-QuilezblancLahoz-QuilezblancLahoz-Quilezblanc
© Nadine Lahoz-Quilez
> Une Performance chorégraphique au Borj kallel de Sfax avec le danseur tunisien Rochdi Belgasmi sur une musique de Med Hamin Hlel.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
La Levée
Nadine LAHOZ-QUILEZNadine LAHOZ-QUILEZNadine LAHOZ-QUILEZNadine LAHOZ-QUILEZNadine LAHOZ-QUILEZblancblancblanc
© Photos Nadine Lahoz-Quilez
> Elle enterre de vieux vêtements, les oublie. Un jour elle s'en rappelle, les déterre puis nous les montre aux travers de photographies frontales. Sans effets, elles font naître un trouble, celui d'une absence présente qui n'est pas la mort mais la matière d'un corps à l'œuvre. Comme si on ne pouvait jamais y échapper, à ce corps qui serait l'œuvre même, au point que l'art n'en serait que sa tautologie.
Alors interrogeons-nous : qui de l'homme ou de l'art en serait la redite ou la matrice…
Le geste humble de Nadine Lahoz-Quilez évite tout effet, renonce à tout projet, pace qu'il est une valeur infinitive que chacun, du regard et de l'imagination doit, à son envie, conjuguer. Alin Avila
> Le projet a démarré il y a 5 ans par une récolte de vêtements auprès d'un groupe de personnes rencontrées à cette période. Ces vêtements sans distinction de compositions, de couleurs, de formes ont été pliés puis empilés dans un jardin. L'objectif était de les photographier dépliés pour repérer les traces du temps, l'impact des éléments naturels et l'interaction des couleurs et des textures. Mais très vite la dégradation interne des piles n'a plus permis le dépliage et deux séries d'images se sont constituées. Ce projet s'accompagne d'un environnement sonore.

Récolte
> De différents vêtements usagés (chemise, pantalon, chaussettes…) de toutes tailles et de toutes compositions textiles (coton, laine, viscose…).
Repassage et pliage : codification, empilement, stratification, en extérieur.
Attente : altération, détérioration, dégradation…
Le vêtement est conçu pour le corps dont il devient un élément protecteur et esthétique. Abandonné par ce dernier tout en se substituant à lui, il subit les métamorphoses du temps qu’il fait et du temps qui passe.
Dans quelques mois, les vêtements seront dépliés. Ils seront photographiés afin d’en fixer les altérations et les interférences.
Quelques mois plus tard…
> Certains vêtements sont en état de putréfaction avancée. D’autres ont quasiment disparus : il ne reste plus qu’un tas dont il est difficile d’identifier le vêtement d’origine.
La manipulation s’avère délicate. Les matériaux synthétiques sont plus résistants et mieux conservés. Les insectes, oiseaux et autres petites bêtes ont trouvé un lieu idéal pour faire leur nid.
La nature reprend ses droits : les stolons de fraisiers s’accrochent dans les fibres des tissus. Les odeurs sont celles d’une humidité de sous-bois. Certains champignons s’approprient les lieux. Il n’en reste pas moins que cette odeur peut parfois devenir insupportable et provoquer des nausées.
En cours... à suivre !
Nadine LAHOZ-QUILEZ


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Casing - Enveloppe
© Photos Nadine Lahoz-QuilezNadine LAHOZ-QUILEZNadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblancLahoz-Quilezblanc© Photos Nadine Lahoz-Quilez
> La nudité intégrale est refusée par toutes les civilisations. L’être humain va s’attacher à la transformation des apparences et ce jusqu’à sa mort, ultime modification.
A la naissance d’un enfant, la société s’empare du corps, matière première malléable, pour le former, le manipuler. Il devient ainsi le support de tous les artifices (tatouages, parures, vêtements...) et permet l’identification à une collectivité homogène qui impose un consensus secret et symbolique.
Le vêtement, élément amovible de la parure simule et dissimule, cache et dévoile. Il met en scène des parcelles du corps au gré des modes et aux dépens des parcelles avoisinantes laissées dans l’ombre.
Sorte de carapace souple, il protège le corps du monde extérieur tout en l’affichant.
Il participe à la mise en forme, à la théâtralisation de celui-ci, rejoignant les codifications sociales du paraître.
C’est dans l’intimité que le fabriqué et l’organique se mêlent et s’entremêlent.
Odeurs, chaleurs, effleurement, frottements plus ou moins appuyés, plus ou moins réguliers... autant d’éléments qui constituent cette relation.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Vanitées
Nadine LAHOZ-QUILEZblancblancNadine LAHOZ-QUILEZNadine LAHOZ-QUILEZNadine LAHOZ-QUILEZ© Nadine Lahoz-Quilez


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Exploration fonctionnelle
Nadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblancNadine Lahoz-Quilez Nadine Lahoz-Quilez Nadine Lahoz-Quilez © Nadine Lahoz-Quilez
> E
xploration fonctionnelle développe un univers improbable où références anatomiques et réminiscences personnelles se côtoient pour inventer une nouvelle géographie corporelle. Cette ballade déclinée à travers le dessin transporte immanquablement aux frontières de l'imaginaire.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Les malformations cardiaques ou les difficultés d'aimer
Lahoz-QuilezblancNadine Lahoz-QuilezblancNadine Lahoz-QuilezblancLahoz-QuilezblancLahoz-QuilezblancNadine LAHOZ-QUILEZNadine LAHOZ-QUILEZNadine LAHOZ-QUILEZ© Nadine Lahoz-Quilez
> Le vêtement se moule à son modèle prenant ainsi l'empreinte du corps, élément mouvant, pour parfois ne faire plus qu'un.
Le fil comme le poil, éléments constitutifs de l'un et de l'autre ont une similitude formelle et graphique. Tout deux par une densité variable d'implantation ou de tramage constituent une nouvelle surface, voire une seconde peau. Le patron est un des premiers maillons des différentes étapes de fabrication. Il est le plan avec ses signes, ses codifications, son vocabulaire qui deviendra volume. Ainsi la pièce de patron signifie le vêtement tout comme ce dernier va signifier le corps, ici physiquement absent mais sans cesse révélé.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Les Bains-Douches
Nadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblanc© Nadine Lahoz-Quilez
> Il y avait une salle avec une grande verrière et de chaque côté des cabines de douches. Chaque semaine, souvent le samedi ou le dimanche, on allait se doucher. À l’entrée des Bains-Douches on achetait son ticket et l’on pouvait également acheter son shampooing DOP qui était vendu en berlingot. Il y avait aussi une salle de bain avec une baignoire, mais c’était plus cher. Pour les douches, on pouvait prendre une cabine simple ou une cabine double. Elles avaient une durée limitée et lorsque l’on restait trop longtemps la dame de l’accueil venait frapper à la porte.
Les ouvriers de la faïencerie avaient des bons pour aller gratuitement aux bains ".
Cette installation est composée d’une série de vasques en grès fin, rappelant la production de faïence sanitaire de Salins-les-Bains, posées sur des dalles de Corian® et de poignées de meubles de salle de bain suspendues.



Design
Nadine LAHOZ-QUILEZ© Nadine Lahoz-Quilez
> Le vêtement, élément protecteur du corps est un signe identitaire qui permet le rattachement à un groupe. Le look est un mode de communication direct. Il s'articule comme récepteur-émetteur, montrer et voir. C'est la première image que nous donnons à l'autre. Le vêtement professionnel agit comme un révélateur contextuel et campe chacun des acteurs dans son rôle. Modifier la tenue de travail par des éléments graphiques et formels c'est tenter de modifier les enjeux humains et relationnels.
La blouse, dans le milieu médical est à la fois vêtement de travail et uniforme. Elle préfigure à la relation soignant-soigné. Agissant comme un révélateur contextuel, elle campe chacun des acteurs dans son rôle. Décorer, au sens latin à savoir rendre plus esthétique, modifier par un ajout d'éléments graphiques et formels, la tenue vestimentaire, c'est optimiser le relationnel donc la qualité du soin, l'accueil du patient, l'image de l'hôpital.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Lahoz-Quillez Villa DutoitblancLahoz-Quillez Villa Dutoitblanc© Villa Dutoit

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Expositions Personnelles
2016
     Byrsa Opus II, Galerie le 116art, Villefranche/Saône
2015
     Byrsa, Musée national du Bardo, Tunis
     Dressing 216, Bork Kallel, Sfax - Tunisie
Nadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblanc© photos Helmi Jribi
2014
     Trichos, (3 vidéos simultanées) Musées Gadagne, dans le cadre du festival Label Soie, Lyon
2013
     Dressing part. 3, in Récits de vêtements, un parcours de fil en habit, Focus Résonance,Biennale d'art contemporain de Lyon, Lisle d'Abeau
     Maison des arts, Evreux
2012
     Exploration fonctionnelle, Galerie Ste Catherine, Rodez
     Et + si affinité, Galerie le 116art, Villefranche/Saône
2011
Nadine LAHOZ-QUILEZblancNadine LAHOZ-QUILEZblanc© Nadine Lahoz-Quilez
     La levée ou un certain silence, GAC, Annonay
2010
     Laboratoire # 2, La Serre, Saint-Étienne en partenariat avec la galerie Area, Paris
2009
     Les malformations cardiaques ou Les Difficultés d'Aimer, La Fabrique — Andrézieux-Boouthéon
     Bouthéon. Exposition de fin de résidence
     Dressing part. 2, La Spirale, Décines
2008
     Casing/Enveloppe II, Assaut de la menuiserie — Biennale de design de St-Etienne
     Dressing, Pôle Sud, Le Valentin, Bourg-Lès-Valence
2007
     Les Malformations cardiaques ou les difficultés d'aimer, L'Entre-Deux, Morteau. Exposition de fin de résidence
2006
     Casing/Enveloppe, Mapra — Lyon
2000
     365=1, Galerie Artcadache — Vallorbe Suisse


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Expositions Collectives
2015
     Le Non Vu, photographies, Espace d'art Sadika, Gammarth, Tunis
     Le Non Vu, photographies, Borj Kallel, Sfax, Tunisie
2014
     XS Xelles, Galerie 116, Villefranche sur Saône
     Tresses 13 et 14, La Maison des tresses & lacets, La Terrasse/Dorlay
     Tresses 13 et 14, Galerie Made in Town, Paris
2013
     Tresses 13, Maison des Tresses et Lacets, La Terrasse/Dorlay
     Crisis what else ? Galerie le 116art, Villefranche/Saône
     Les dérivants, sur une proposition de Marc Lathuillière, L'attrape-couleurs, dans le cadre des Nuits Sonores, Lyon
2012
     Blanche est la couleur, Passage de Retz, Paris
     Corps à corps, Villa Dutoit, Genève
     L'étoffes des femmes, Musée de Bourgoin-Jallieu
     Sacré blanc ! Musée Jean Lurçat et de la tapisserie contemporaine, Angers
2010
     Et si la guirlande de Julie était en laine, Domaine national de Rambouillet
2007
     A la frontière du vêtement, Musée des tissus, en résonance avec la Biennale d'art contemporain de Lyon
     Le Polaris, Corbas.
2004
     Les Bains douches, installation in situ, Les Doigts d'art. Salins-les-Bains
2003
     Patrimoines singuliers, Musée d'archéologie de Lons-le-Saunier
2002
     Bicentenaire de Toussaint Louverture, 16 artistes comtois. Musée de Pontarlier
     Le Trésor des Abbesses, installation in situ, Les Doigts d'art, Château-Chalon
2000
     Regards de femmes, IUFM Lons-le-Saunier
     UTBM, Belfort-Montbéliard
1999
     Galerie la Tête de l'art, Lons-le-Saunier
1998
     Galerie municipale, Achern, Allemagne
1997
     Neuf univers, centre d'art Le bœuf sur le toit, Lons-le-Saunier


Résidences et Workshops
2015-2016
     La Ferme du Vinatier, centre hospitalier de Bron,Lyon
2014-2015
     Résidence itinérante sur la Tunisie (Tunis, Sfax, Sousse…)
2013
     Workshop Institut supérieur de la mode, Monastir, Tunisie - Dans le cadre d'un projet de coopération décentralisée, ministère des Affaires Étrangères, Ville de St-Etienne, Institut national du patrimoine de Tunisie.
2009
     La Fabrique, Andrézieux-Bouthéon
2007
     Lycée Edgar Faure, Morteau


Performances
2015
     Boutillis, performance plastique et chorégraphique en collaboration avec Rochdi Belgasmi, danseur chorégraphe, Borj Kallel, Sfax, Tunisie
2014
     Trichos, performance plastique et chorégraphique avec Anne-Marie Pascoli, danseuse chorégraphe, dans le cadre de Label Soie, Musées Gadagne, Lyon
     Trichos, performance plastique et chorégraphique avec Anne-Marie Pascoli, danseuse chorégraphe, Musée d'Art et Industrie, Saint-Étienne


Catalogues
     Tresses 13, Éditions Lyric 21/Nonpareilles
     Sacré Blanc !, Musée de la Tapisserie, Angers, 2012
     Blanche est la couleur, Passage de Retz, Paris, 2012
     Laboratoire # 2, La Serre, Saint-Étienne et Galerie Area, Paris, 2011
     Et si la guirlande de Julie était en laine, Yves Sabourin, Éditions du Patrimoine, CMN, 2010
     Habits, Habillages de Claudine Guilhot, coll. « Arts visuels » Ed Scérén, 2009
     À la frontière du vêtement, Musée des tissus en Résonance avec la Biennale d'art contemporain de Lyon, 2007
     Les Doigts d'art, Salins-les-Bains, 2004.
     Les Doigts d'art, Château-Chalon, 2002


Textes, vidéos…
     Arearevue(s)-Laboratoire 2, fibres et temps plastiques, Alin Avila, N° 23, 2010
     Utopia 2010 et 2009
     Les Doigts d'arts, 2001, VHS
     Revue Saison d'Alsace, 1994
     À combien sommes-nous de Prague ? D'André Weckmann, France 3, 1994, VHS
     Anfiirholz de Gaston Jung, France 3, 1993, VHS


Autres productions
Culture à l'Hôpital
     De septembre 2009 à juin 2010, hôpital de jour, musée de Bourgoin-Jallieu.
     Le kimono paysage et la tenue. Présentation des pièces au musée

Design textile
     2010 Ornements pour une relation. Prototype de vêtements pour soignants

Scénographies et décors
     2004 L'épidémie bleue de Christian Pageault, RLC Spectacles
     2003 La Route des arts, Conseil général du Jura
     1994 L'assemblée des femmes d'Aristophane, Troupe de la Frat, Saint-Claude

Participation à des vidéos
     Wie weit ists noch bis Prag ? (A combien sommes-nous de Prague ?) D'André Weckmann. Production France 3 Alsace
     Aanfiirhorlz De Gaston Jung. Production France 3 Alsace

Formations
     Maîtrise arts plastiques UFR arts, Université Marc Bloch, Strasbourg


Vit et travaille dans la Loire












Google