Et Alors association d(art contemporain

Association pour l'Art Contemporain Artistes Archives Alentours À lire Acquérir Liens Contact

À Voir, à découvrir
à revoir


Alentours
-----------------
2013 Biennale à Venise
2013 Biennale à Lyon
2011 Biennale à Lyon
2011 Biennale à Venise
2009 Biennale à Venise
2009 Biennale à Lyon
Christian Boltanski
Sophie Calle à Venise
Kim-Do-hyung
Hyungkoo-Lee à Venise
Exposition Keith Haring
Philippe Favier
Exposition Yan Pei-Ming
Exposition Vinyl Event
Exposition Mascaro
Franck Sorbier
101 chaises-oeuvres
------------------














La Biennale de Venise 2009
53ème Biennale d'Art Contemporain

Biennale de Veniserouge
↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Au Palais Querini Dubois à Venise, Paolo Baratta président de la Biennale et Daniel Birnbaum directeur de la 53e exposition d’art international, ont rencontrés les pays qui participeront à cette prochaine édition du 7 juin au 22 novembre 2009. Le président a souhaité annoncer d’emblée les changements prévus lors de cette édition. Paolo Baratta a commencé la réunion en informant l’assemblée que la Biennale a approuvé le projet de déplacer les fonds documentaires sur les arts contemporains dans le Padiglione Italia, et a ajouté que celui-ci avait été réorganisé afin d’offrir davantage d’espace et d’activités au public. Le Padiglione a fait l’objet d’un nouvel agencement et propose désormais en ses murs des salles de consultation et de lecture réservées aux chercheurs et aux visiteurs, ce qui en fait en endroit dédié à l’art et la recherche. La nouveauté réside dans le fait qu’il sera ouvert toute l’année. Le président a invité les nations participantes à suivre cet exemple, en proposant un nouvel emploi pour les Pavillons des Giardini, ne les réservant plus uniquement aux grands événements artistiques et architecturaux. Il a ensuite tenu à féliciter les pays participant à l’événement pour la première fois : Andorre, le Gabon, le Montenegro, le Pakistan, la Principauté de Monaco, l’Afrique du Sud et les Emirats-Arabes-Unis, félicitations qu’il a également adressé aux pays qui prendront part à l’édition suivante, à savoir : l’Iran, le Maroc, la Nouvelle-Zélande et Saint-Marin. Il a ensuite cédé la parole au directeur, Daniel Birnbaum, qui a, pour sa part, insisté sur les points importants de son exposition intitulée Construire des mondes, expliquant qu’elle ne serait pas divisée en plusieurs parties mais que, au contraire, elle sera fondée sur des thèmes articulés entre eux, mettant l’accent sur le processus créateur.
Shirley Hora


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Yoko Ono reçoit son Lion d’orrouge © photo Reuters
> Deux «Golden Lions for Lifetime achievement» sera remis à YOKO OMO
et à JOHN BALDESSARI deux des plus importants artistes de notre temps.

JOHN BALDESSARIrougeJOHN BALDESSARIrouge
© photo DR


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Claude Lévêque au pavillon Français

Représentera la France à la 53e Biennale internationale d'art contemporain de Venise en 2009. Pour présenter son travail dans le Pavillon français, l'artiste a choisi pour commissaire Christian Bernard, directeur du Musée d'art moderne et contemporain de Genève.
On peut noter des œuvres importantes comme Ende à la Galerie Yvon Lambert de Paris ou encore Le Meilleur des mondes à la Passerelle de Brest, Let's Dance à la fondation Miró de Barcelone, ou Reconstruire la fenêtre à la Rice gallery de Tokyo. Il participe à des biennales comme celle de Lyon ou de La Havane en 2003. Claude Lévèque privilégie le travail in situ, bien qu'il ait souvent travaillé sur le terrain des objets, ses choix se penchent vers la création d'espaces et d'atmosphères. L'outil privilégié de l'artiste reste l'environnement quotidien. À travers des installations l'artiste recherche à voir, regarder le réel autrement... Pour La maison des mensonges qu'il expose au Musée d'art contemporain de Marseille (2006), il n'hésite pas à se balader chez des détaillants de mobilier comme IKEA pour découvrir des objets qu'il utilise tel quel dans les atmosphères qu'il crée. Dans le cadre de l'exposition « Walt Disney » au Grand Palais de Paris, (en 2006), l'une de ses œuvres a été refusée car jugée "irresponsable" par Dominique Païni, le commissaire de l'exposition. Cette œuvre associe un Mickey Mouse en tubes de néons avec la phrase Arbeit macht frei, telle qu'elle était inscrite par les nazis à l'entrée du camp de concentration d'Auschwitz.

Claude LévêquerougeClaude LévêquerougeClaude LévêquerougeClaude Lévêquerouge © photos Guillaume Benoit, Marc Domage
© ADAGP Claude Lévêque. Courtesy the artist and kamel mennour, ParisLeo Carbonnier


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Le palmarès de la Biennale de Venise

Le jury de la 53e Biennale de Venise intitulée, « Construire des mondes », a rendu le 6 juin son palmarès. Ses membres cette année sont Jack Bankowsky, Homi K. Bhabha, Sarat Maharaj, et Julia Voss et présidé par Angela Vettese.
Depuis le mois de février, on connaissait déjà deux heureux primés. Les organisateurs avaient en effet annoncé qu’ils remettraient un Lion d’or pour leur carrière à la Japonaise Yoko Ono et à l’Américain John Baldessari, tous deux artistes avant-gardistes dont le travail a « révolutionné le langage de l’art. »
Selon les organisateurs, Yoko Ono, âgé de 76 ans, compagne de John Lennon, elle est « une pionnière de l’art-performance et de l’art conceptuel, aujourd’hui l’une des artistes les plus influentes ». L’Américain John Baldessari, 78 ans, est un artiste conceptuel « qui a surtout développé un langage visuel spécifique » et a réalisé un nombre « exceptionnel d’oeuvres ».
Parmi les artistes récompensés figurent : l’Américain Bruce Nauman qui reçoit le Lion d’or de la meilleure représentation nationale. Figure majeure de l’art actuel, il est né en 1941, la Biennale l’avait déjà honoré en 1999. Il y est présent sur trois lieux, le pavillon des États-Unis aux Giardini, la Ca’Foscari et l’IUAV, qui sont deux bâtiments de l’université de Venise.
Tobias Rehberger se voit attribuer un Lion d’or du meilleur artiste, il a notamment décoré le nouveau pavillon international de la Biennale dans les Giardini (ex-pavillon italien), pour l’exposition « Making worlds » (construire les mondes). Un Lion d’argent à la Suédoise Nathalie Djurberg, 31 ans, qui a créé un jardin extraordinaire de végétaux en résines dans le Pavillon international aux Giardini (Experimentet, 2009).
Le jury a également remis quatre mentions spéciales dans quatre catégories. Une mention dans la catégorie Remaking Worlds à l’artiste brésilienne Lygia Pape, magicienne disparue en 2004 à 77 ans, pour son installation géométrique de fils dorés. Michael Elmgreen et Ingar Dragset ont également été distingués en tant que commissaires des pavillons danois et pays nordiques dans la catégorie Curating Worlds. L’artiste Ming Wong (Pavillon de Singapour) est distingué dans la catégorie Expanding Worlds et Roberto Cuoghi dans la catégorie Translating Worlds.
Dominique Poiret, Libération

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Bruce Nauman
Exposées dans trois espaces distincts, à savoir le pavillon des États-Unis, la Ca'Foscori et l'IUAV, qui sont deux bâtiments de l'université de Venise, les oeuvres de Bruce Nauman déstabilisent le spectateur et l'obligent à se confronter à ses passions, à ses angoisses. Lorsque l'artiste décide, au début des années 60, d'abandonner la peinture, c'est pour se tourner vers la sculpture, la vidéo et la performance ; médiums qui caractérisent désormais son travail.
Bruce NaumanrougeBruce Naumanrouge © photos REUTERS/Tony Gentile
> L'installation de l'artiste Bruce Nauman au pavillon américain.

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Tube du Lithuanien Zilvinas Kempinasrouge
© photo DR
>
Coup de cœur des festivaliers pour le Tube du Lithuanien Zilvinas Kempinas, expérience spatio-temporelle mise en gloire par le volume énorme de la Scuola Grande della Misericordia.

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
>
La Biennale de Venise se déroule traditionnellement dans les anciens hangars de l’Arsenal et dans les Giardini, mais également à travers toute la ville, dans certaines églises, certains palais.
De nombreux pays exposent leur créativité artistique et présentent un artiste.
La France pour sa part a proposé à Claude lévêque de créer une installation : Le Grand soir. Un espace clos et sombre, avec barreaux de prison et bruit de moteur d’un cargo.
Les États-Unis se sont ralliés le talent de Bruce Nauman, qui utilise 3 lieux : le pavillon américain, la Ca' Foscari et l’Institut Universitaire d’Architecture de Venise IUAV
La Pologne, avec Krzysztof Wodiczko, renoue avec un art qui se cherche des visées sociales.
A noter également, la participation cinématographique très attendue de Steve McQueen pour la Grande-Bretagne, avec son film Rayners Lane (11 minutes) ou de Jef Geys pour la Belgique. Ces 2 artistes assureront sans doute le succès de leur pays.
Citons aussi les artistes Roman Ondak pour la Tchéquie, Lucas Samaras pour la Grèce, Mark Lewis pour le Canada. etc.
Enfin, coup de chapeau à la Russie qui démontre, s’il en était besoin, la très grande créativité de ses artistes contemporains, avec 7 artistes, dont Pavel Pepperstein et Alexei Kallima.
Dans l’Arsenal, le commissaire général Daniel Birnbaum propose Making worlds, une exposition de nombreux artistes, mettant en lumière la création de l’artiste comme créateur d’un monde.

C’est un programme toujours renouvelé qui est proposé pour cette 53e édition, portant l’art contemporain vers ce qui se fait de plus créatif. Une nouvelle réussite.


Un regard d'Et Alors à La 53ème Biennale de Venise

53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Venise53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge53ème Biennale de Veniserouge © Photos A-M Chappuis, J-P Ravachol


> Découvert également divers espaces d’expositions décimés dans Venise.
En dehors du Giardini et de l’Arsenal, les expositions investissent des palais et églises :
Au Palazzo Malipiero, les Iraniens Hamdi Reza Avishi et Iraj Eskandari.
À l’église San Stae, le suisse Fabrice Gygi.
Au couvent Ss. Cosma e Damiano, Emily Jacir représentera la Palestine.
La Ca' Rezzonico accueille une exposition d’artistes russes, présentés par la Stella Fundation.
La fondation Cini, sur l’île de San Giorgio, accueille des oeuvres de l’américain John Westley.
Mais les supports modernes sont également de la partie, avec par exemple Blue Zone, une oeuvre sur le vide artistique ou Dropstuff, consacré aux arts du Net, Pavillon Riva Ca’di Dio.

> Enfin, sans vouloir citer tous les artistes ni toutes les manifestations, nous ne serions pas tout à fait complet, si nous ne citions pas le musée Correr, eh oui, qui propose l’exposition Futurismo 100, sur les artistes du futurisme et le musée Guggenheim qui présentera des sculptures de Rauschenberg.
C’est un programme toujours renouvelé qui est proposé pour cette 53e édition, portant l’art contemporain vers ce qui se fait de plus créatif. Une nouvelle réussite.














Google