Et alors association d'art contemporain

Association pour l'Art Contemporain Artistes Archives Alentours À lire Acquérir Liens Contact


«VINYL EVENT»

         Sur une idée originale d'André Ravachol, Les 60 ans, en 2004, du disque vinyle et le fait historique des Victory discs donnent un souffle, un thème, un cadre, à nous de découvrir ces souvenirs certes lointains… Écoute, encouragement, libération, fête, union, mais aussi, musique, matière, forme, graphisme, couleur sont autant de ferments créatifs, ici comme là-bas, hier comme aujourd’hui.
         Alliance entre objet et matière, œuvres d’hier et d’aujourd’hui, 17 artistes utilisent, intègrent, subliment… le disque vinyle:

Jean-Philippe AUBANELJean-Philippe AUBANEL

Madeleine LAMBERTMadeleine LAMBERT

Jacques LORTETJacques LORTET

Marie-Rose LORTETMarie-Rose LORTET

Maurice MAILLARDMaurice MAILLARD

Fabien MARTINANDFabien MARTINAND

Sylvie MAURICESylvie MAURICE

Reine MAZOYERReine MAZOYER

NUMA-DROZNUMA-DROZ

OBJECTALOBJECTAL

Simone PHEULPINSimone Pheulpin

Simon de SAINT-MARTINSimon de SAINT-MARTIN

Jean-Marc SCANREIGH Jean-Marc SCANREIGH

Guillaume TREPPOZGuillaume TREPPOZ

Francis TUZETFrancis TUZET

Henri UGHETTOHenri UGHETTO

Philippe WEISBECKERPhilippe WEISBECKER


Exposition Vinyl Event à la galerie Trait Personnel © Dia TP (Invitation Vinyl Event)
Cliquez sur l'image pour voir le diaporama  Exposition Vinyl Event à la galerie Trait Personnel



         Charles Delaunay (1911-1988)
         Deux passions - le dessin et le jazz - ont animé la vie de Charles Delaunay (1911-1988). Il les conjugue des années trente jusqu'à la fin des années quarante, pendant lesquelles il travaille pour la publicité en réalisant, notamment, des portraits de musiciens de jazz, à grands traits blancs sur papier noir, pour illustrer des pochettes de disques. Mais sa passion pour le jazz prend le dessus en s'exerçant à travers des responsabilités très diverses - producteur d'émissions de radio et de disques, organisateur de concerts, discographe, imprésario, instigateur et animateur de revue - qui contribuent à marquer profondément le paysage du jazz français et, plus personnellement, à satisfaire son désir profond de collectionneur. Ce goût pour la collection lui a été transmis par sa mère, qui rangeait, classait, armotait tous les documents concernant la production picturale de son mari et d'elle-même. Adolescent, il découvre le jazz et commence une collection de disques.
         Dès 1933, Charles Delaunay adhère au Hot Club de France d'Hugues Panassié dont il devient secrétaire. Il y organise des concerts et s'occupe de la vente et des échanges de disques. Dès lors, l'étiquette "disque" ne le quitte plus. Pendant toute sa vie, il complète sa collection personnelle en se procurant des disques auprès de labels ou de collectionneurs étrangers. Il fonde ensuite avec Hugues Panassié la revue Jazz Hot. En 1937, il crée la première compagnie de disques consacrée au jazz, sous le label Swing, enregistrant des musiciens de jazz américains de passage en France, comme Benny Carter, mais aussi de nombreux musiciens de jazz français, comme le guitariste Django Reinhardt et le violoniste Stéphane Grappelli. Ce label s'essouffle un peu en 1947-1948. Delaunay crée alors le label Vogue avec Léon Cabat, permettant à des musiciens français comme Martial Solal ou Claude Luter de réaliser leurs premiers enregistrements. Après le décès de sa mère en 1979, il décide de faire don de sa collection de disques et de ses archives à la Bibliothèque Nationale. Il en garde l'usufruit, ce qui lui permet de continuer à développer ce trésor jusqu'à sa mort, en 1988, où la Bibliothèque entre en possession de ce fonds inestimable. Celui-ci rassemble environ vingt mille disques : dix mille 78 tours, dix mille 33 tours, des origines du jazz jusqu'à la période de la mort du collectionneur, et un nombre important de cassettes, films, bandes magnétiques de copies d'émissions de radio qui vont également faire l'objet d'un traitement documentaire. Elles constituent des témoignages exceptionnels, comme ces deux émissions de radio avec Art Tatum (novembre 1955), produites par Willis Conover pour la radio Voice of America, et la seule trace sonore des émissions de radio de Boris Vian (programme Gai Paris n° 22, émission Hot Music from France pour The North American Service of the French Broadcasting System, mai-juillet 1949).
         Cette collection est représentative des différents courants de l'histoire du jazz, parmi lesquels le style Nouvelle-Orléans avec, comme chef de file, Louis Armstrong, la période swing, celle des grands orchestres avec Duke Ellington, Count Basie, le courant be-bop avec Charlie Parker et Dizzy Gillespie. Elle suit également les grands courants qui jalonnent les années soixante et soixante-dix avec, par exemple, le hard-bop, le cool et le free-jazz. Le fonds comprend également des disques produits par l'armée américaine entre 1943 et 1949, les Victory Discs, destinés aux soldats dispersés dans le monde entier durant et après la Seconde Guerre mondiale. Ces 78 tours d'une durée variant entre 4 min 30 et 6 min 30 sont des pièces exceprionnelles, acquises au lendemain de la guerre, à la suite de la collaborarion de Charles Delaunay avec l'American Air Forces Network. Ces pièces de collection très fragiles sont inédites, puisque les matrices en ont été presque entièrement détruites. Elles constituent un témoignage unique sur une période de l'histoire des Etats-Unis. Des musiciens américains de renom, comme Duke Ellington, ont apporté leur concours bénévole à ces programmes. La majeure partie des 78 tours du fonds Delaunay est déjà au catalogue des documents audiovisuels, consultable en ligne sur http://www.bnf.fr). La totalité y figurera à l'automne 2002. Le traitement des 33 tours sera entrepris ensuite.

Victory Disc Victory Disc Victory Disc

         Victory Disc de Fats Waller
         On trouve également des archives papier très abondantes, constituées à partir des activités diverses de Charles Delaunay dans le domaine du jazz, dont un inventaire a été mené par Anne Legrand. Elles concernent notamment le premier ouvrage discographique au monde consacré à ce genre, publié par lui en 1936, la Hot Discography. Elles permettent aussi une reconstiturion de l'histoire du label Swing, de celle de la revue Jazz Hot, pour laquelle Charles Delaunay a rassemblé informations discographiques, affiches, programmes de concerts, périodiques et livres, et des témoignages, courrier de lecteurs et de musiciens. De nombreuses notes biographiques et discographiques concernent des musiciens de jazz français et américains tels que Django Reinhardt, à qui Delaunay a consacré une biographie publiée en France (en 1954 et 1968 et en Grande-Bretagne en 1961 et 1963), et le saxophoniste Sidney Bechet, dont Charles Delaunay fut l'imprésario en France, comme il a été celui de Django Reinhardt.
         Une très importante collection de photos de musiciens, publiées ou non par Jazz Hot, enrichit aussi ce fonds. Les 850 livres comme les 237 titres de périodiques français ou étrangers offrent une approche enrichissante de l'histoire du jazz, à laquelle Charles Delaunay a très largement contribué en lançant des historiens et des critiques comme André Hodeir, Lucien Malson, Boris Vian, ainsi que des musiciens. Ce fonds suscite actuellement un très fort intérêt de la part des chercheurs ou des professionnels qui souhaitent retracer cette histoire ou rééditer des emegistrements de référence. Le don de Charles Delaunay est à rapprocher, par son importance, de ceux de deux autres, dont les collections font figure de référence pour tout chercheur : celui de Marshall Steams à l'Institute of Jazz Studies aux Etats-Unis, et celui de Joachim Ernst Berendt au Jazz-Institut Darmstadt en Allemagne.
La Bibliothèque Nationale de France exerce ainsi, en communiquant ce fonds, un rôle irremplaçable au service de la mémoire de l'histoire musicale du XXè siècle, dans un domaine inattendu pour une grande majorité du public.









Google