Et alors association d'art contemporain

Association pour l'Art Contemporain Artistes Archives Alentours À lire Acquérir Liens Contact


À Voir, à découvrir
à revoir


Alentours
-----------------
2013 Biennale à Venise
2013 Biennale à Lyon
2011 Biennale à Lyon
2011 Biennale à Venise
2009 Biennale à Venise
2009 Biennale à Lyon
Christian Boltanski
Sophie Calle à Venise
Kim-Do-hyung
Hyungkoo-Lee à Venise
Exposition Keith Haring
Philippe Favier
Exposition Yan Pei-Ming
Exposition Vinyl Event
Exposition Mascaro
Franck Sorbier
101 chaises-oeuvres
------------------



↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«
Peintures»
Numa Droz
Exposition > 27 avril 2014
Numa DrozjauneNuma Drozjaune
© Numa Droz
Quelques croquis, des photos, me permettent ensuite de retrouver à l’atelier ces émotions fugaces et de créer des images reconstruites et figées sur de grands formats carrés dont l’immobilité hape le spectateur et le projete dans une contemplation meditative et introspective, symbolisant mon rapport spirituel au paysage et mes craintes que ce monde là ne disparaisse à jamais.” Numa Droz

Galerie Emiliani
Le Parol – Allées Promenades — 26220 Dieulefit
vendredi, samedi, dimanche et lundi > 14h30 > 18h30

Informations : +33 (0)4 75 46 30 28
Site : http://www.galerie-emiliani.com
En Savoir + Numa Droz


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«SUI GENERIS»
journal d'un duo photo/dessin
Jean-Marc Scanreigh Avec Jean-André Bertozzi, Julie Canarelli, Alejandro De Los Santos, Claude Fauville, Jacques Lafont, Jean-Paul Lejeunes Bob Carey, Valerie Graftieaux, Jacques Hebinger, Colette Hyvrard, Bogdan Konopka, David Nebreda, Denis Roche & Alice Odilon
Exposition > 10 mai 2014
«SUI GENERIS» journal d'un duo photo/dessinjaune«SUI GENERIS» journal d'un duo photo/dessinjauneLos Santosjaune«SUI GENERIS» journal d'un duo photo/dessin Jean-Marc Scanreighjaune
© «SUI GENERIS» journal d'un duo photo/dessin
Pour accompagner l'exposition SUI GENERIS, Scanreigh et moi avons choisi d'expérimenter d'édition d'un journal. De s'amuser un peu avec les codes du genre tout en restant informatif. L'exposition SUI GENRIS rassemble 14 points de vue photographiques tous très différents les uns des autres et dont le fil conducteur est la lecture qu'en a faite Scanreigh par le dessin. Tout reste inscrit dans l'univers de la photo et la galerie invitante est une galerie de photo. Pour Scanreigh c'est une manière originale et valorisante de montrer ses dessins. Et de permettre de connaître sa démarche qui doit précisément beaucoup à la photographie. Pour le regard extérieur ce duo photo/dessin a quelque chose de rafraîchissant. Il lui permet de se refaire une virginité, de désamorcer les références critiques emmagasinées au fil des commentaires « experts ». L'exposition est construite autour de trois sélections : un choix de créateurs défendus par la galerie Le Lac gelé : Jean-André Bertozzi, Julie Canarelli, Alejandro De Los Santos, Claude Fauville, Jacques Lafont, Jean-Paul Lejeunes — un choix d'œuvres provenant de la collection M. Millot-Durrenberger : Bob Carey, Valerie Graftieaux, Jacques Hebinger, Colette Hyvrard, Bogdan Konopka, David Nebreda, Denis Roche — Une invitation personnelle de Scanreigh à Alice Odilon. Françoise Biver

Galerie Le Lac Gelé
3, Grand rue — 30000 Nîmes
mercredi au samedi > 15h00 > 19h00

Informations : 04 66 36 76 49
Site : http://www.lelacgele.org
En Savoir + Jean-Marc Scanreigh


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«La Mercerie Chic»
Tresses et Lacets
Adeline André, Angélique, Marie-France Arlaud, Fabienne Auzolle, Jean Barral, Bégonia d'or Sylvie Deschamps, Olga Boldyreff, Karine Bonneval, Anne-Lise Broyer, Monika Brugger, Gaëlle Chotard, Marc Couturier, Rose-Marie Crespin, Johan Creten, Baptiste Debombourg, Laurent Esquerré, Marie-Noëlle Fontan, Elise Fouin, Jill Gallieni, Marie-Ange Guilleminot, Habdelhakim Henni, Françoise Hoffmann, Akiko Hoshina, Fabrice Hyber, Elisa Johnston, Isabelle Jousset, Laurie Karp, Nadine Lahoz-Quilez, Sylvie Lezziero, Maria Loizidou, Sophie Menuet, Annette Messager, Françoise Micoud, Molénac, Cécile Monteiro-Braz, Mylène, Catherine Noury, Jean-Michel Othoniel, Philippe Parrot-Lagarenne, Frédérique Petit, Christine Peyret, Françoise Quardon, Claire Rado, Yasmine Ramoul, Magali Rizzo, Lionel Sabatté, Nadia Sabourin, Thomas Sabourin, Thomas Salet, Marjolaine Salvador-Morel, Nelly Saulnier, Martine Schildge, Sylvia Schildge, Skall, Aurore Thibout, Dominique Torrente, Paty Vilo
Exposition > 30 avril 2014
La Mercerie chicjauneLa Mercerie chicjaune
© La Mercerie chic
Pour cette exposition, Made in Town, se transforme en « Mercerie Chic » et propose à la vente les métrages de tresses, lacets et croquets produits spécialement par l'atelier du musée à la Terrasse-sur-Dorlay. La présentation des œuvres s'adjoint de 3 éditions limitées de bijoux signés Angélique, Monika Brugger et Akiko Hoshina.

Made in Town/Atelier
58, rue du Vertbois — 75003 Paris
mardi au samedi > 14h00 > 19h00

Informations : +33 (0) 1 75 57 08 21
Site : http://made-in-town.com
En Savoir + Nadine Lahoz-Quilez


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Mille Yeux»

Clément Rodzielski
Exposition > 15 juin 2014
«Mille Yeux» Clément Rodzielskijaune«Mille Yeux» Clément Rodzielskijaune«Mille Yeux» Clément Rodzielskijaune«Mille Yeux» Clément Rodzielskijaune«Mille Yeux» Clément Rodzielski
jaune«Mille Yeux» Clément Rodzielskijaune«Mille Yeux» Clément Rodzielskijaune«Mille Yeux» Clément Rodzielskijaune
© Clément Rodzielsk
L'artiste déploie plusieurs séries d'œuvres récentes, réalisées pour l'exposition. Sculptures, peintures, objets, dessins floutent les limites entre espaces intérieurs et extérieurs ; objets et images se présentent comme, des peaux retournées, des surfaces dénudées…
L'exposition de Clément Rodzielski est constituée de fragments épars, corps démembrés, dont les mille yeux sont aussi mille morceaux, éclatés dans un lieu où l'espace entre les choses compte tout autant que les choses elles-mêmes. Il faut marcher et regarder en tous sens, attendre peut-être, tourner et retourner, regarder autour de soi et sur soi

Centre d'Art Contemporain La Synagogue
33, rue Poincaré — 57590 Delme
mercredi au samedi > 14h00 > 18h00 — dimanche > 11h00 > 18h00

Informations : 03 87 01 35 61
Site : http://www.cac-synagoguedelme.org


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«MODEST TROPICS»
(INSTALLATION)
HERVÉ DI ROSA
Exposition > 18 mai 2014
jaune«MODEST TROPICS»(INSTALLATION) HERVÉ DI ROSA jaune«MODEST TROPICS»(INSTALLATION) HERVÉ DI ROSA jaune«MODEST TROPICS»(INSTALLATION) HERVÉ DI ROSA jaune«MODEST TROPICS»(INSTALLATION) HERVÉ DI ROSA jaune
© Hervé Di Rosa
Le musée du quai Branly donne carte blanche à l'artiste plasticien Hervé Di Rosa pour investir l'Atelier Martine Aublet avec les pièces de sa collection d'art modeste, mais aussi avec ses propres œuvres réalisées dans le monde entier en collaboration étroite avec des artistes et artisans des différents pays (Afrique du sud, Bénin, Ghana, Vietnam, États-Unis…)  afin d'être au plus près de leurs cultures et modes d'expression.
MODESTES TROPIQUES – Hervé Di Rosa est le premier volet d'une série de trois expositions, qui se succéderont ensuite au Musée des arts décoratifs puis à la Maison rouge.


Musée du quai Branly
37, quai Branly — 75007 Paris
mardi, mercredi et dimanche > 10h00 > 18h00 — jeudi, vendredi et samedi > 11h00 > 21h00

Informations : 01 56 61 70 00
Site : http://www.quaibranly.fr


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Paysage peint, Nature rêvée»
Maurice Maillard, Rosa Venneman, Edmond Yarz, Henry Moret, Jean Le Moal, Frédérique Lucien, Isabel Duperray ou Cédric Guillermo…
Exposition > 15 février 2015
«Paysage peint, Nature rêvée» Maurice Maillard, Rosa Venneman, Edmond Yarz, Henry Moret, Jean Le Moal, Frédérique Lucien, Isabel Duperray ou Cédric Guillermo…jaune«Paysage peint, Nature rêvée» Maurice Maillard, Rosa Venneman, Edmond Yarz, Henry Moret, Jean Le Moal, Frédérique Lucien, Isabel Duperray ou Cédric Guillermo…jaune«Paysage peint, Nature rêvée» Maurice Maillard, Rosa Venneman, Edmond Yarz, Henry Moret, Jean Le Moal, Frédérique Lucien, Isabel Duperray ou Cédric Guillermo…jauneMaurice Maillardjaune«Paysage peint, Nature rêvée» Maurice Maillard, Rosa Venneman, Edmond Yarz, Henry Moret, Jean Le Moal, Frédérique Lucien, Isabel Duperray ou Cédric Guillermo…jaune«Paysage peint, Nature rêvée» Maurice Maillard, Rosa Venneman, Edmond Yarz, Henry Moret, Jean Le Moal, Frédérique Lucien, Isabel Duperray ou Cédric Guillermo…jaune«Paysage peint, Nature rêvée» Maurice Maillard, Rosa Venneman, Edmond Yarz, Henry Moret, Jean Le Moal, Frédérique Lucien, Isabel Duperray ou Cédric Guillermo…jaune«Paysage peint, Nature rêvée» Maurice Maillard, Rosa Venneman, Edmond Yarz, Henry Moret, Jean Le Moal, Frédérique Lucien, Isabel Duperray ou Cédric Guillermo…jaune
© «Paysage peint, Nature rêvée»
À partir du XIXe, les artistes quittent les ateliers pour aller peindre sur le motif, au plus près de la nature qui devient sujet à part entière. Les moyens de déplacement se développent, le matériel de peinture se fait plus léger, palette, chevalet portatif, boîte de couleur, se portent sur le dos. Cette liberté conquise, ils la mettent au service d'une expression nouvelle. Le vent, l'eau, la terre, la lumière, dans ses multiples variations se déclinent inlassablement, parfois en série d'un même motif.

La Cohue Musée des Beaux-Arts
place Saint-Pierre — 56000 Vannes
tous les jours > 10h00 > 18h00

Informations : 02 97 01 63 00
Site : http://www.morbihan.fr
En Savoir + Maurice Maillard


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Architectur'Elles»
Jette CLOVER, Françoise WINTZ, Anne–Marie BERTRAND, Lia FLEMINGS, Mireille GUERIN, Cas HOLMES, Allie KAY, Cherylin MARTIN, Sandra MEECH, Gaby METT, Françoise MICOUD, Judith MUNDWILER, Elsbeth NUSSER LAMPE, Frédérique PETIT CHARRY, Simone PHEULPIN, Maryline POMIAN, Monika SCHIWY , Janet TWINN, Els VAN BAARLE , Gizela K WARBURTON, Helga WIDMANN , Pascale GOLDENBERG
Exposition
> 20 avril 2014
«Architectur'Elles»jaune«Architectur'Elles»jaune«Architectur'Elles»jaune«Architectur'Elles»
jaune«Architectur'Elles»jaune«Architectur'Elles»jaune«Architectur'Elles»
© Architectur'Elles
Une remarquable exposition d'Art Textile à découvrir absolument.

Collégiale Saint Pierre La Cour
rue des Fossés Saint-Pierre — 72100 Le Mans
lundi à vendredi > 14h00 > 17h00

Informations : 02 43 47 36 18
Site : http://www.lemans.fr
En Savoir + Simone Pheulpin


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Sculptures Habitées par la Haute Couture»
Adrienne Jalbert
Exposition > 31 mai 2014
«Sculptures Habitées par la Haute Couture» Adrienne Jalbertjaune«Sculptures Habitées par la Haute Couture» Adrienne Jalbertjaune«Sculptures Habitées par la Haute Couture» Adrienne Jalbertjaune«Sculptures Habitées par la Haute Couture» Adrienne Jalbertjaune«Sculptures Habitées par la Haute Couture» Adrienne Jalbert
jaune«Sculptures Habitées par la Haute Couture» Adrienne Jalbert
jaune
© Adrienne Jalbert
L'univers d'Adrienne Jalbert, artiste plasticienne et sculpteur, qui tisse les fils de laiton et du bronze en enroulements cosmiques de sphères aériennes, enfante des visions magiques.
Une féerique féminité s'envole, quintessence de la danse parée de voiles et reflets suggérés dans le travail de la maille, perlée de points d'or et de scintillants éclats de cristal. Troublante et sensuelle présence, une femme invisible dans la simplicité nue de ses formes sculpturales se prête à s'élancer. De l'ondoiement de la lumière sur le tissage de métal, sa traîne de cristal, naît le rêve d'un vénitien ballet.
Anne-Flore Gaillard

Hôtel Galerie Le Marceau-Bastille
13, rue Jules-César75012 Paris
tous les jours > 10h00 > 19h00

Informations : 01 43 43 11 65
Site : http://www.hotelmarceaubastille.com/galerie


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«De poussière et de vent»
Chloé Poizat
Exposition > 16 mai 2014
«De poussière et de vent» Chloé Poizatjaune«De poussière et de vent» Chloé Poizatjaune«De poussière et de vent» Chloé Poizat
jaune«De poussière et de vent» Chloé Poizatjaune«De poussière et de vent» Chloé Poizat
jaune
© Chloé Poizat
L'exposition De poussière et de vent présente un ensemble exceptionnel de dessins et de collages de l'artiste pour la plupart jamais montrés et bien sûr les pérégrinations du lapin voyageur de La poursuite du lointain.

Musée Alfred Canel
64, rue de la République — 27500 Pont-Audemer
mardi à dimanche > 11h00 > 18h00, nocturne mercredi > 21h30

Informations : 02 32 56 84 81
Site : http://www.ville-pont-audemer.fr


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Mille terres mille vies»
Koïchi Kurita
Exposition > 05 octobre 2014
Koïchi Kurita
jauneKoïchi Kurita
jaune
© Koïchi Kurita
L'architecture austère de l'abbaye magnifie les mille terres mille vies de Koïchi Kurita. Ancrée dans les principes fondateurs des spiritualités bouddhiste et shintoïste — la simplicité, la sérénité, l'harmonie, l'équilibre —, son œuvre épurée résonne, par-delà les siècles, avec la spiritualité chrétienne des religieuses contemplatives qui vécurent jadis en ce lieu. Les mille couleurs de son nuancier sont parfois celles de l'arc-en-ciel, révélé quand le soleil brille à travers la pluie. Toutes manifestent l'absolue singularité de chaque terre, la fondamentale unité de toutes les terres.

Abbaye de Maubuisson art contemporain
Avenue Richard de Tour —
95310 Saint-Ouen-l'Aumône
lundi à dimanche > 14h00 > 18h00

Informations : 01 34 64 36 10
Site : http://www.valdoise.fr


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Marie-Rose et les grosses machines»
Marie-Rose Lortet
Exposition > 19 avril > 31 août 2014
Marie-Rose LORTETjauneMarie-Rose LortetjauneMarie-Rose LortetjauneMarie-Rose LortetjauneMarie-Rose LortetjauneMarie-Rose LortetjauneMarie-Rose LortetjauneMarie-Rose Lortetjaune
© Marie-Rose Lortet
La Fabrique des savoirs continue son exploration de la création textile contemporaine et invite l'artiste Marie-Rose Lortet à investir ses espaces. Auteur d'une œuvre singulière, Marie-Rose Lortet s'appuie sur le tricot, le tressage et la dentelle pour développer une approche sensible du tissu, s'exprimant souvent en volumes colorés ou d'un blanc diaphane. Ses créations dialogueront avec les puissantes machines du musée, mais aussi avec l'architecture et les livres des archives... Un univers à découvrir !

La Fabrique des savoirs
7, cours Gambetta — 76500 Elbeuf

mardi à dimanche 14h00 > 18h00

Informations : 02.32.96.30.40
Site : http://www.la-crea.fr
En Savoir + Marie-Rose Lortet


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Visions d'artistes — 800 ans de création»
L'exposition met ou remet en mémoire et en lumière, une « sélection » d'artistes aujourd'hui disparus, qui partagent un lien ou une histoire avec la ville de Vernon. Des figures célèbres telles que Guy de Maupassant, Fernand Léger ou Pierre Bonnard côtoieront des artistes moins connus mais qui ont été marqués par leur passage à Vernon : le poète Rutebeuf (1230-1285), le compositeur Clément Janequin (1485-1558), l'actrice Corinne Luchaire (1921-1950), le sculpteur Jacques Lortet (1946-2005), le peintre-graveur Michel Roncerel (1946-2007)…
Exposition > 20 avril 2014
«Visions d'artistes — 800 ans de création»
jauneJacques Lortetjaune«Visions d'artistes — 800 ans de création»jaune
© «Visions d'artistes»
L'exposition s'attache à retracer plusieurs siècles de création artistique sur le territoire de Vernon dans différents domaines : la gravure, la peinture, la photographie, la poésie, la musique…
Le parcours de l'exposition sera décliné de manière chronologique au travers d'installations multimédia visuelles et sonores de Clément Révérend qui évoqueront sur un mode sensible la richesse et la diversité de la création sur plus de huit siècles. La conception et la mise en lumière de l'exposition ont été confiées à Clément Révérend, artiste « omnimedia », tel qu'il se définit lui-même.
Pour l'exposition, il a imaginé cette « mise en lumière » (artificielle et naturelle) pour la mémoire de la ville, en convoquant quelques personnages pour une galerie fantôme singulière, et en montrant ce que Vernon a (ou n'a pas) caché, perdu, oublié et essaimé… À travers un parcours temporel, jalonné de petits « objets audiovisuels », des images et des sons font vivre ou revivre, de manière fugace, poétique, des fragments d'œuvres, de vies. Le prétexte est là pour rassembler le public Vernonnais et d'ailleurs, sur les traces de ceux qui ont connu la Ville, pour y être né, y avoir vécu, ou travaillé, ou encore fini leurs jours, pour s'en être inspiré ou pas, et pour tant d'autres raisons encore, comme par le hasard, s'il existe encore.


Musée de Vernon
12, rue du Pont
27200 Vernon
(2 novembre au 31 mars) mardi au vendredi > 14h00 > 17h30.
(1er avril au 31 octobre) mardi au vendredi > 10h30 > 18h00.
samedi et dimanche > 14h30 > 17h30 (fermé jours fériés).

Informations : 02 32 21 28 09
Site : http://www.vernon27.fr
En Savoir + Jacques Lortet


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Disons Dijon»
Lionel Scoccimaro, Jean-Luc Verna + "Du genre plastique" de l'ENSA Dijon avec Berkan Baltas, Nefeli Chatziparadeisi-Gkana, Sophie Durand, Ece Erbil, Nicolas Graff, Antonin Renault, Camille Seurre, Tindara Spartà
Exposition > 18 avril > 31 mai 2014
«Disons Dijon» Lionel Scoccimaro, Jean-Luc Verna + "Du genre plastique" de l'ENSA Dijon : Berkan Baltas, Nefeli Chatziparadeisi-Gkana, Sophie Durand, Ece Erbil, Nicolas Graff, Antonin Renault, Camille Seurre, Tindara Spartàjaune«Disons Dijon» Lionel Scoccimaro, Jean-Luc Verna + "Du genre plastique" de l'ENSA Dijon : Berkan Baltas, Nefeli Chatziparadeisi-Gkana, Sophie Durand, Ece Erbil, Nicolas Graff, Antonin Renault, Camille Seurre, Tindara Spartàjaune«Disons Dijon» Lionel Scoccimaro, Jean-Luc Verna + "Du genre plastique" de l'ENSA Dijon : Berkan Baltas, Nefeli Chatziparadeisi-Gkana, Sophie Durand, Ece Erbil, Nicolas Graff, Antonin Renault, Camille Seurre, Tindara Spartàjaune«Disons Dijon» Lionel Scoccimaro, Jean-Luc Verna + "Du genre plastique" de l'ENSA Dijon : Berkan Baltas, Nefeli Chatziparadeisi-Gkana, Sophie Durand, Ece Erbil, Nicolas Graff, Antonin Renault, Camille Seurre, Tindara Spartà
jaune«Disons Dijon» Lionel Scoccimaro, Jean-Luc Verna + "Du genre plastique" de l'ENSA Dijon : Berkan Baltas, Nefeli Chatziparadeisi-Gkana, Sophie Durand, Ece Erbil, Nicolas Graff, Antonin Renault, Camille Seurre, Tindara Spartàjaune
© «Disons Dijon» Lionel Scoccimaro, Jean-Luc Verna
Exposition organisée en collaboration avec l'École Nationale Supérieure d'Art de Dijon, les galeries Air de Paris (Paris), Olivier Robert (Paris), Carpenters Workshop Gallery (Paris), dans le cadre du festival One+One, the art & rock event. Participation de la société Ricard pour le vernissage.

Entrepôt9 Galerie Barnoud
9, bd de l'Europe
— 21800 Quetigny
mercredi, vendredi, samedi >  15h00 > 19h00

Informations : 03 80 46 68 81
Site : http://www.entrepot9.fr


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«L'imaginaire coloré de noir»
Guy Leclercq
Exposition > 10 mai 2014
«L'imaginaire coloré de noir» Guy Leclercqjaune«L'imaginaire coloré de noir» Guy Leclercqjaune«L'imaginaire coloré de noir» Guy Leclercqjaune«L'imaginaire coloré de noir» Guy Leclercqjaune
© Guy Leclercq
Ses œuvres parlent de sensualité, champ de tension entre les êtres Elles ont donc plus une dimension magique que mystique. Le divin ne réside pas dans des sphères supérieures inconnues, mais se situe, pour ceux qui savent déployer leurs antennes sensorielles, dans le présent et l'ici-bas. Guy Leclercq parvient à concilier la géométrie et le lyrisme. Willem Elias

Galerie Fred Lanzenberg
9, avenue des Klauwaerts, Ixelles — 1050 Bruxelles
mardi à vendredi > 10h00 > 19h00

Informations : 00 32 (0) 2 647 30 15
Site : http://www.galeriefredlanzenberg.be


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Véhicules»
Aloïse — Carlo — Di Giovanni Curzio — Forestier Auguste — Ratier Emile — Robillard André — Genk Willem van — Wölfli Adolf — Fraisse Clément — Hauser Johann — Mackintosh Dwight — Sawada Shinichi — Blackstock Gregory L. — Pujolle Guillaume — Widener Georges — Kernbeis Franz — Abrignani Giovanni — Ploos van Amstel Han — Arneval Benjamin — Bachler Josef — Braillon David — Byam John — Delaunay Serge — Helmut — Motooka Hidenori — Lemaire Philippe — Merritt Gene — Saletmeier Hans — Vignes Pépé — Zablatnik Erich
Expositions > 27 
avril 2014
Collection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de Lausanne
jauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de LausannejauneCollection de l’Art Brut de Lausannejaune
© Collection de l'Art Brut de Lausanne
Qu'ils soient conçus pour se déplacer dans les airs, sur terre ou sur l'eau, les véhicules, des plus rudimentaires aux plus techniques, ont toujours fasciné l'homme. Rattachés au monde de l'enfance avec lequel les auteurs d'Art Brut gardent un lien privilégié, ils incarnent aussi une idée de puissance, à la fois physique ou sexuelle, qui prolonge les aptitudes humaines.
Certains créateurs d'Art Brut ont fait du véhicule leur unique sujet ; toute leur production apparaît alors comme la déclinaison d'un seul et même motif. Ils établissent ainsi des listes, des séries ou des répertoires où chaque spécimen d'avion, de voiture ou de train est disposé avec ordre et précision, à l'image des dessins de Motooka Hidenori, David Braillon ou Gregory Blackstock. La classification presque maniaque et la rigueur leur semblent nécessaires, révélant leur besoin d'organisation, voire d'appropriation du monde. D'autres portent un intérêt à l'univers élargi des moyens de transport. Ce thème indissociable de la notion de déplacement et de voyage peut être synonyme de découverte et d'expérience, comme chez Willem Van Genk, mais également de danger. L'aspect menaçant des véhicules, le chaos inquiétant généré par la multitude d'engins en mouvement est illustré dans l'exposition par Lorna Hylton ou Shi Yi Feng. André Robillard et Erich Zablatnik, eux, imaginent des constructions futuristes, des machines volantes, des engins à hélice ou à moteur. Portés par leurs rêves, ces utopistes se muent en mécaniciens avant-gardistes. Parfois, ils font preuve d'une curiosité aiguë pour la mécanique, d'un réel engouement pour le mouvement et les systèmes de roulement, à l'instar de Fausto Badari, Serge Delaunay ou Emile Ratier. Par le biais de la création, nombre d'auteurs d'Art Brut – surtout ceux qui sont immobilisés de force – peuvent s'évader et fuir leur propre condition, recouvrant ainsi une certaine maîtrise de leur existence, souvent difficile. Pour Clément Fraisse, Auguste Forestier ou Sylvain Lecocq, le sujet des véhicules symbolise alors particulièrement ce besoin de liberté.

Collection de l'Art Brut de Lausanne
11, avenue. des Bergières — 1004 Lausanne

mardi à dimanche de 11h00 > 18h00 (compris les jours fériés) ouvert le lundi en juillet et août.

Informations : +41 21 315 25 70
Site : http://www.artbrut.ch


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«La question du tableau»
Jean Degottex
Exposition
> 11 mai 2014
«La question du tableau» Jean Degottexjaune«La question du tableau» Jean Degottexjaune«La question du tableau» Jean Degottexjaune«La question du tableau» Jean Degottexjaune«La question du tableau» Jean Degottexjaune«La question du tableau» Jean Degottexjaune«La question du tableau» Jean Degottexjaune«La question du tableau» Jean Degottexjaune«La question du tableau» Jean Degottexjaune
© Jean Degottex
Peintre abstrait autodidacte, il réalise au cours de sa vie des peintures classées dans le mouvement de "l'abstraction lyrique gestuelle". Ses thèmes sont le signe, l'écriture, la nature, l'attitude philosophique zen et le vide laissé sur la toile.
"Les vides entre les toiles sont pour moi de beaucoup les plus significatifs. Un espace assez grand est laissé entre chaque Méta-signe, le spectateur doit fixer spécialement son attention sur les espaces entre chaque Méta-signe. Les distances entre chaque Méta signe sont sensées représenter le temps relativement court qui sépare l'exécution de chaque œuvre… On peut les qualifier de « vides » comme on dit « vide » dans un poème chinois les caractères signifiant une abstraction et « pleins » ceux signifiants un objet concret ; de même pleins et déliés dans l'écriture cursive de nos caractère occidentaux, le délié étant l'ouverture sur l'étendue."
Jean Degottex.

Les Bains du Nord - Espace d'exposition
16, rue Quentin — 21000 Dijon
mercredi, jeudi et dimanche > 14h30 > 18h00, vendredi > 14h30 > 19h00 et samedi > 10h00 > 18h00

Informations : 03 80 67 07 82
Site : http://www.frac-bourgogne.org


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Les Crieurs»
Stéphane Thidet
Exposition > 27 avril 2014
«Les Crieurs» Stéphane Thidet jaune«Les Crieurs» Stéphane Thidet
jaune«Les Crieurs» Stéphane Thidet jaune«Les Crieurs» Stéphane Thidet jaune
© Stéphane Thidet
Ses œuvres mettent en scène sa vision de la réalité en l'imprégnant de fiction et de poésie. S'appuyant sur des situations de la vie courante, il y décrit toutefois la notion d'instabilité face à l'érosion du temps et de l'action qui mène à leur disparition. Ou plutôt, comme il préfère le dire : « À une certaine amnésie qui résulte de l'artificialité des éléments ; amnésie qui n'a pas pour vocation d'effacer mais, bien au contraire, de reconstruire les choses et les situations. » Les œuvres de Stéphane Thidet embaument sa vision décadente du monde, de ludisme et d'innocence enfantine. C'est toute la place de l'artiste qui est mise en jeu, « celle qui tend à conserver la fraîcheur d'un enfant dans la conscience d'un adulte et qui par là même, rejoint l'enjeu qu'a l'artiste de garder le même état d'émotivité et d'incompréhension qu'un enfant ». Ses projets à venir suivent d'ailleurs ce credo : « essayer de déconstruire ma pratique artistique pour mieux repartir ». Extrait du texte de Mathilde Lacroix, « Matière pesée », Mouvement.net


CAIRN Centre d'art
1, boulevard Victor Hugo — 04000 Digne-les-Bains

mercredi au dimanche > 11h00 > 18h00 jusqu'au 31/03, puis 12h00 > 19h00

Informations : (+33) 04 92 31 45 29
Site : http://www.musee-gassendi.org/actualite-cairn


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Le Corps Décide»
Franz Erhard Walther
Exposition > 11 mai 2014
«Le Corps Décide» Franz Erhard Walther
jaune«Le Corps Décide» Franz Erhard Walther jaune«Le Corps Décide» Franz Erhard Walther jaune
© Erhard Walther
Le Corps Décide offre un vaste panorama de l'œuvre pionnière de cet influent artiste allemand qui se situe à la croisée de la sculpture minimaliste, de l'art conceptuel, de la peinture abstraite et de la performance, soulevant parallèlement des questions fondamentales sur la conception conventionnelle de l'œuvre d'art en tant qu'« objet » immuable, intrinsèquement lié au socle ou aux cimaises. 
L'exposition au WIELS, la première de l'artiste en Belgique et l'une de ses plus grandes expositions individuelles, soulignera à la fois la tension essentielle que suscite l'œuvre de Walther et les diverses conceptions de l'artiste de ce qu'une œuvre d'art « peut faire » ou de ce que l'on « peut en faire », par opposition à la simple question de son « apparence » ou de ce qu'elle « est ». Pour retracer cette tension dans toute son ampleur, l'exposition proposera un large tour d'horizon de la production de l'artiste, incluant plus d'une douzaine de ses premières oeuvres de la fin des années 50 au début des années 60, de même que le First Work Set et une centaine de dessins et éléments sculpturaux des années 60 à aujourd'hui. Elle attirera également l'attention sur sa relation à la documentation photographique et picturale, et sur sa conception fondamentale de l'exposition en tant que plate-forme d'action sociale. L'exposition présentera plusieurs objets manipulables et l'artiste animera plusieurs ateliers et performances réalisés en collaboration avec le Goethe Institut Brüssel. Curator Elena Filipovic

WIELS Contemporary Art
Avenue Van Volxemlaan 354 — 1190 Brussels
lundi, mardi, jeudi, vendredi > 11h00 > 18h00

Informations : +32 (0) 2 340 00 53
Site : http://www.mahj.org


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Sélection»
Guillaume Treppoz
Exposition > 3 mai 2014
«Sélection» Guillaume Treppoz «Sélection» Guillaume Treppoz «Sélection» Guillaume Treppoz «Sélection» Guillaume Treppoz «Sélection» Guillaume Treppoz «Sélection» Guillaume Treppoz «Sélection» Guillaume Treppoz © Guillaume Treppoz
Un ensemble de pièces réalisées au cours de ces 10 dernières années. On y retrouve dans des registres formels différents, les caractéristiques inhérentes à l'artiste. La Matière accumulée-superposée, toujours contenu dans l'obsession du format carré est au service d'un univers organique et proliférant au sein duquel l'œil du regardeur voyage et se perd.

Galerie Henri Chartier, hors les murs
39, rue Auguste Comte —
69002 Lyon
mardi au samedi > 11h00 > 19h30

Informations : +33 (0)6 70 74 80 92
Site : http://www.henrichartier.com
En Savoir + Guillaume Treppoz


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«The New York Moment»
Joel Shapiro
Exposition > 18 mai 2014
Joel ShapirojauneJoel Shapiro
jauneJoel ShapirojauneJoel ShapirojauneJoel ShapirojauneJoel Shapirojaune
© Joel Shapiro
Les sculptures de Joel Shapiro ne sont ni figuratives ni abstraites. Elles sont en effet motivées par des formes géométriques articulées qui deviennent, comme lui-même le dit, "a manifestation du corps". Elles produisent sur le spectateur un effet notable : selon son propre regard, il peut reconnaître dans telle ou telle forme sculpturale la représentation d'une chose précise, concrète, référentielle. Joel Shapiro l'exprime ainsi : "mes sculptures ne revendiquent pas autre chose que leur statut d'objet occupant l'espace." Elles posent ces questions : l'espace existe-t-il et comment le saisir ?
Citations de Joel Shapiro
"Arracher la sculpture du sol pour la rendre à l'espace."
"La sculpture est la mémoire du mouvement."
"Je choisis de faire fondre ou non [les sculptures], de manière à ce qu'elles fonctionnent mieux, avec plus d'efficacité […] Il s'agit de verticalité ou non ; il s'agit d'espace, d'expression et de savoir comment assembler, réunir, unifier."

«The New York Moment» Jeunes créateurs
Daniel Arsham, Brian Belott, Matt Bollinger, Bea Camacho, Davide Cantoni, Paul DeMuro, Amy Feldman Allison Hawkins, Taylor McKimens, Dean Monogenis
Exposition > 4 mai 2014
«The New York Moment» Jeunes créateursjaune«The New York Moment» Jeunes créateursjaune«The New York Moment» Jeunes créateurs
jaune«The New York Moment» Jeunes créateursjaune«The New York Moment» Jeunes créateursjaune«The New York Moment» Jeunes créateursjaune«The New York Moment» Jeunes créateursjaune
© «The New York Moment» Jeunes créateurs
Cette exposition présente un panorama éclectique de la scène contemporaine new-yorkaise au travers de l'œuvre de dix jeunes artistes. Ce regard sur l'actualité de la création nous montre la prédilection des artistes pour le dessin et la peinture. En effet, certains médiums comme la vidéo ou la photographie - omniprésents il y a quelques années - semblent aujourd'hui délaissés par les jeunes créateurs. Chez Bea Camacho, la photographie retrace une performance.
Les artistes exposés puisent dans l'histoire de l'art (notamment dans l'art minimal) et dans la culture populaire de façon indistincte pour utiliser ces références comme de la matière iconographique ou picturale. Ils font aussi bien référence à des artistes fondateurs de l'art minimal comme Frank Stella ou à l'expressionnisme abstrait de Jackson Pollock, qu'aux cartoons et autres comic books de leur enfance.

Musée d'Art Moderne Saint-Etienne
rue Fernand Léger — 42270 Saint-Priest-en-Jarez
mercredi à lundi > 10h00 > 18h00 (fermé les 1er mai, 14 juillet, 15 août)

Informations : 04 77 79 52 52
Site : http://www.mam-st-etienne.fr


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«L'étrange cité»
Monumenta 2014
Ilya et Emilia Kabakov
Exposition > 10 mai > 22 juin 2014
«L'étrange cité» Ilya et Emilia Kabakovjaune«L'étrange cité» Ilya et Emilia Kabakovjaune
«L'étrange cité» Ilya et Emilia Kabakov
jaune © Ilya et Emilia Kabakov
Emilia Kabakov la présente en ces termes : « Il y a plusieurs années, quelqu'un nous a demandé si nous pensions que l'art pouvait influencer la politique. Nous avons répondu que non, nous ne le pensions pas. Nous avons toujours la même opinion, mais durant toutes ces années, nous avons travaillé avec des idées, autour de l'imaginaire et de l'utopie. Et nous croyons vraiment que l'art, qui tient une grande place dans notre culture, peut changer la façon dont nous pensons, rêvons, agissons, réfléchissons. Il peut changer notre façon de vivre. Cette fois nous voudrions construire plus qu'une installation, nous souhaitons réaliser quelque chose de différent : ériger L'étrange cité, c'est insister sur l'expérience plutôt que sur la forme du projet, en vous demandant de ralentir votre course dans la vie réelle, et de faire appel à vos émotions, vos sens, vos souvenirs. Nous vous invitons à venir au Grand Palais pour entrer dans L'étrange cité, un espace onirique issu de l'imaginaire collectif, à penser et à réfléchir sur l'art, la culture, la vie quotidienne, notre présent et notre futur ».
L'étrange cité conçue pour la Nef du Grand Palais puise ses références dans la Renaissance, le romantisme et la science moderne. Elle se compose de huit grandes constructions. En déambulant au détour de ces édifices à l'atmosphère recueillie, le visiteur appréhende de façon sensible et concrète autant de mondes singuliers. Dans la partie nord de la Nef, une vaste coupole projette ses variations de couleurs et de lumières vers une porte ouverte que le public doit d'abord franchir. Il atteint alors un espace labyrinthique, entouré d'une double enceinte circulaire.
À l'intérieur apparaissent cinq édifices distincts aux noms mystérieux : « Le Musée vide », « Manas », « Le Centre de l'énergie cosmique », « Comment rencontrer un ange ? » et « Les Portes ». À l'extérieur se dressent encore deux constructions. « La Chapelle blanche » alterne les tableaux avec de grandes surfaces blanches et lumineuses, laissant la place à l'imaginaire, tandis que « La Chapelle obscure » révèle de gigantesques peintures sur fond noir, mêlant références baroques et souvenirs personnels.
Dans cette étrange cité sont installées des œuvres des Kabakov, peintures, objets et maquettes insolites. Ils offrent un panorama des sujets essentiels abordés dans leur création.
Jean-Hubert Martin, commissaire de la manifestation, explique : « Avec ses ambiances spectaculaires et mystérieuses, le parcours initiatique de L'étrange cité crée un grand récit humaniste proche de l'épopée. La cité utopique dans laquelle nous sommes conviés traite des aspirations de l'homme, de sa quête d'un au-delà, d'une métaphysique. Cette métaphore de la vie et de son mystère se transmet par les sens et non par le langage ».

Monumenta 2014 - Grand Palais
3, avenue du Général Eisenhower — 75008 Paris
lundi, mercredi, dimanche > 10h00 > 19h00 - jeudi, vendredi, samedi > 10h00 > 00h00

Informations : 01 44 13 17 17
Site : http://www.grandpalais.fr


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Des hommes, des mondes»
En production pour le Collège des Bernardins : Sylvie Fanchon, Djamel Kokene, Ingrid Luche, Chloé Quenum, Achraf Touloub, Stéphane Vigny, Jacques Villeglé. Et aussi : Nirveda Alleck, Rina Banerjee, Romain Bernini, Matthew Darbyshire, Basir Mahmood, Pascale Marthine Tayou, Bruno Perramant, Franck Scurti, Patrick Toscani, Chen Zhen…
Exposition > 15 juin 2014
«Des hommes, des mondes»jaune © Visuel : Romain Bernini
Rassemblant les œuvres d'une quinzaine d'artistes contemporains internationaux, dont certaines seront produites spécialement pour l'exposition, Des hommes, des mondes se propose comme un viatique esthétique, petite provision de formes et de sens, pour faire face au grand voyage que représente la mondialisation. Les rencontres, avec d'autres hommes vivant dans d'autres contextes, sont la source d'une perpétuelle acculturation au cours de laquelle les langages, les comportements, les signes et les formes se modifient continuellement, parfois par choix, souvent sous la contrainte. L'humanité devient ainsi une machine à fabriquer de l'identité et de la différence, de l'attraction et de la déstabilisation, univers de formes et de sens dans lequel chacun tente de trouver sa place.
Les artistes présentés sont de ceux qui ne s'arrêtent pas mais jouent de cette insatiable dynamique des choses pour mieux se définir eux-mêmes. Au-delà des concepts ou des grandes affirmations, ils posent un regard subjectif et personnel, non pour définir mais pour saisir ce – et ceux – qui constituent notre univers.

XueFeng Chen, artiste participant à la Journée d'étude « Rencontres et écarts France/Chine » conférences/débats : Art contemporain, révélateur des mondes en construction.

Collège des Bernardins
20, rue de Poissy — 75005 Paris
lundi au samedi > 10h00 > 18h00 — dimanche et jours fériés > 14h00 > 18h00

Informations : 01 53 10 74 44
Site : http://collegedesbernardins.fr
En Savoir + XueFeng Chen


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«To Present»
Michael-Scott

Exposition > 11 mai 2014
«To Present» Michael-Scottblanc«To Present» Michael-Scottblanc«To Present» Michael-Scottblanc«To Present» Michael-Scottblanc«To Present» Michael-Scottblanc«To Present» Michael-Scottblanc«To Present» Michael-Scottblanc«To Present» Michael-Scottblanc«To Present» Michael-Scottblanc
© Michael-Scott
À la différence des peintures de lignes précédentes réalisées entre 1989 et 1994, celles-ci manifestent une intention presque opposée : autant ses peintures noir & blanc étaient un effort pour mettre à distance la subjectivité, par leur systématisme et la recherche d'un aspect mécanique, autant les nouvelles peintures intègrent les accidents et les imperfections survenant lors de leur réalisation. Elles sont d'une nature plus contemplative, tandis que les tableaux noir & blanc poussaient les effets optiques jusqu'au point où les peintures devenaient presque impossibles à regarder. Mais au-delà de ces différences, Michael Scott continue de faire ce qu'il a toujours fait, en un sens : pousser à l'extrême un point de vue sur l'art, une voie possible, une expérience — ici les combinaisons de couleurs, comme avant cela l'opticalité dans les tableaux noir & blanc, la vacuité dans les cartoon paintings, ou les effets de matière dans les peintures à l'encaustique.

Circuit, centre d'art contemporain
9, av. de Montchoisi — 1001 Lausanne

jeudi, vendredi, samedi de 11h00 > 18h00

Informations : +41 21 601 41 70
Site : http://www.circuit.li


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«L'Almanach 14»

Marvin Gaye Chetwynd, Trisha Donnelly, Antoine Espinasseau, Rachel Feinstein, Rodney Graham, Sheila Hicks, David Hominal, Alex Hubbard, John McAllister, Laure Prouvost, Charles Ray, Collier Schorr, Emily Sundblad, Frederik Værslev, Kelley Walker, Jordan Wolfson
Exposition > 1er juin 2014
«L'Almanach 14»
jaune«L'Almanach 14»jaune«L'Almanach 14»jaune«L'Almanach 14»jaune«L'Almanach 14»jaune«L'Almanach 14»jaune«L'Almanach 14»jaune
© «L'Almanach 14» Le Consortium
L'Almanach 14 est une exposition qui rassemble les œuvres de 16 artistes de six nationalités différentes. Il ne s'agit pas d'une exposition à thème, mais plutôt d'une photographie des intérêts du Consortium à un instant précis, d'où le titre, L'Almanach 14 (qui évoque le Carbone 14 qui permet de dater les matériaux). Chaque artiste dispose d'une salle pour lui seul, et les matériaux justement sont très divers : photographie, peinture, installation, sculpture, vidéo, film… qui témoignent aussi de la diversité des pratiques actuelles.


Le Consortium centre d'Art contemporain
37, rue de Longvic — 21000 Dijon

mercredi à dmanche de 14h00 > 18h00, nocture vendredi > 20h00

Informations : 03 80 68 45 55
Site : http://www.leconsortium.fr


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Tatoueurs, tatoués»
Exposition
> 6 mai > 18 octobre 2014
«Tatoueurs, tatoués» Musée du quai Branlyjaune«Tatoueurs, tatoués» Musée du quai Branlyjaune«Tatoueurs, tatoués» Musée du quai Branlyjaune«Tatoueurs, tatoués» Musée du quai BranlyjauneMusée du quai Branlyjaune«Tatoueurs, tatoués» Musée du quai Branlyjaune«Tatoueurs, tatoués» Musée du quai Branlyjaune
«Tatoueurs, tatoués» Musée du quai Branlyjaune
© Musée du quai Branly
L'exposition revient sur les sources du tatouage et présente le renouveau de ce phénomène désormais permanent et mondialisé. Dans les sociétés dites « primitives », issue des mondes orientaux, africains et océaniens, le tatouage a un rôle social, religieux et mystique et accompagne le sujet dans ses rites de passage en l'incluant dans la communauté. À l'inverse, en Occident, on retient qu'il fut marque d'infamie, de criminalité, attraction de cirque (avec le phénomène des side-shows) puis marque identitaire de tribus urbaines.
Durant la première moitié du XXe siècle, il a en effet évolué au sein de cercles marginaux, et il est demeuré geste clandestin jusqu'à ce que les médias le surexposent. Aujourd'hui, la publicité ou la mode s'emparent de ses codes. Cette approche géographique et antinomique tend aujourd'hui à disparaître : dans les sociétés traditionnelles, le tatouage perd son exclusivité rituelle ; dans les sociétés urbaines et au style de vie « occidentalisé », son caractère marginal s'efface pour devenir un ornement corporel assez communément partagé.
Le champ universitaire s'est déjà penché sur les valeurs ethnologiques ou anthropologiques du tatouage, avant d'en explorer le terreau sociologique et les significations psychologiques. Depuis peu, les universitaires étudient la popularisation de la pratique en milieu urbain, qui établit le corps comme un lieu d'affirmation de soi. Mais le champ artistique et celui de l'histoire contemporaine restent encore à investir. Ce sont tous ces domaines que l'exposition explore, en offrant un nouvel éclairage sur le tatouage. Outre l'histoire du tatouage et son ancrage anthropologique fort, elle souligne également le geste de l'artiste, les échanges entre tatoueurs du monde entier et l'émergence de styles syncrétiques.

Musée du quai Branly
37, quai Branl — 75007 Paris
mardi, mercredi et dimanche > 11h00 > 19h00 — jeudi, vendredi et samedi > 11h00 > 21h00

Informations :
01 56 61 70 00
Site : http://www.quaibranly.fr


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversaire
Eugene Andolsek – Charles Benefiel – Mark Beyer – Nick Blinko – Ilija Bosilj – Francois Burland – Richard Burnside – Nek Chand – Joe Coleman – Aloise Corbaz – JJ Cromer – John Danczyszak – Henry Darger – Ras Dizzy – Jose Dos Santos – Sam Doyle – Tom Duncan – Roy Ferdinand – Howard Finster – Dalton Ghetti – Madge Gill Ted Gordon – Alex Grey – Viljo Gustafsson – Bessie Harvey – Johann Hauser – Chris Hipkiss – Josef Hofer – M. Imagination – Danielle Jacqui – Peter Kapeller – Andrew Kennedy – Johann Korec – Norbert Kox – Renaldo Kuhler – Pradeep Kumar Pushpa Kumari – Paul Laffoley – Pavel Leonov – Augustin Lesage – Alexander Lobanov – Marie-Rose Lortet - Albert Louden – Mami Wata – Ray Materson – Malcolm McKesson – RA Miller – Francois Monchâtre – Edmund Monsiel – Sister Gertrude Morgan – Raymond Morris Jean-Pierre Nadau - Howard Neal – Michel Nedjar – Ryohei – Obata – Donald Pass – Philadelphia Wireman CJ Pyle – Martin Ramirez – André Robillard – Ody Saban – Imppu Salminen – Cheri Samba – Shinichi Sawada – F. Schröder-Sonnenstern – Herbert Singleton – Ionel Talpazan – W.Thomas Thompson – Miroslav Tichy – Mose Tolliver – Oswald Tschirtner – Bill Traylor – Willem Van Genk – Pascal Verbena – E.Von Bruenchenhein – Vonn Stropp – August Walla – George Widener – Ben Wilson Scottie Wilson – Adolf Wölfli
Exposition > 22 août 2014
«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversairejaune«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversairejaune«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversairejaune«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversairejaune«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversairejaune«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversairejaune«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversairejaune«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversairejaune
«Raw Vision» Halle Saint Pierrejaune«Raw Vision» Le vingt-cinquième anniversairejaune«Raw Vision» Halle Saint Pierrejaune
© «Raw Vision» Halle Saint Pierre
C'est un privilège pour la Halle Saint Pierre de célébrer le vingt-cinquième anniversaire de Raw Vision. Fondée en 1989, cette revue anglo-saxonne, basée à Londres, va être la première à défendre la création populaire hors-normes et à lui donner une dimension internationale. A la fin des années 80, grâce à la constitution de collections privées et la tenue d'expositions pionnières, l'art brut était sorti de la confidentialité qui entourait les premières prospections de Dubuffet. Mais le dynamisme de son petit réseau de passionnés était sans commune mesure avec l'effervescence qui accompagne aujourd'hui sa reconnaissance publique, médiatique et institutionnelle. Le rôle catalyseur et fédérateur de Raw Vision fut essentiel. A un moment où la valeur de l'art contemporain professionnel était remise en cause, la revue montrait l'existence d'une autre scène artistique, méconnue voire ignorée, où l'énergie créatrice s'accomplit contre une culture hégémonique jugée matérialiste, aliénante et obsolète.
Accompagnant depuis ses débuts cette aventure éditoriale dont elle partage l'esprit d'indépendance et de découverte, la Halle Saint Pierre s'est tout naturellement faite l'initiatrice de l'exposition Raw Vision, 25 ans d'art brut : un éloge du regard et de la création sans entrave, qui préfère le visionnaire au visible, la vision intérieure aux apparences du monde réel. Quatre-vingts artistes d'Europe, d'Amérique, d'Afrique, d'Inde ou du Japon y sont réunis, illustrant les formes d'une expression profondément enracinée dans l'imagination humaine et qui se manifeste à travers des créations héroïques ; une expression qui prend des formes très variées, parfois intime et secrète dans ses manifestations ou expansive, publique et épique.


Halle Saint Pierre
2, rue Ronsard — 75018 Paris
en semaine 10h00 > 18h00, samedi 10h00 > 19h00, dimanche 11h00 > 18h00

Informations : 01 42 58 72 89
Site : http://www.hallesaintpierre.org
En Savoir + Marie-Rose Lortet
En Savoir + Jean-Pierre Nadau


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Sous le plus grand chapiteau du monde»
(partie I)
Claude Lévêque
Exposition > 2 avril 2014 > 01 octobre 2015
«Sous le plus grand chapiteau du monde»(partie I) Claude Lévêque
jaune«Sous le plus grand chapiteau du monde»(partie I) Claude Lévêquejaune«Sous le plus grand chapiteau du monde»(partie I) Claude Lévêquejaune
© 2014 L"éclair" de Claude Lévêque - Musée du Louvre/Antoine Mongodinl
Le Louvre poursuit donc sa politique concernant l'art contemporain en demandant à Claude Lévêque de produire une œuvre pour la pyramide de Ieoh Ming Pei dont la colonne centrale était destinée dès le départ à recevoir une sculpture monumentale. Rien de monumental, là, un simple tube transparent et fragile parcouru par une lumière rouge, suspendu au sommet de la pyramide de verre et zigzaguant autour de son axe jusqu'au niveau de l'entrée. Le jour, il n'a pas l'air de grand-chose, il faut le voir la nuit habiter l'espace de verre de son incandescence.
Le projet de Claude Lévêque pour la pyramide, baptisé "Sous le plus grand chapiteau du monde", est le premier volet d'un projet plus important qui sera déployé en 2015 dans les fossés médiévaux du Louvre. "Ca m'intéressait d'avoir deux projets, dans la partie contemporaine et dans la partie médiévale du Louvre", dit l'artiste, soulignant que c'est un lieu qu'il connaît bien. Il y venait souvent enfant, avec ses parents.
Claude Lévêque aime métamorphoser les lieux avec la lumière, le son. "Je travaille sur leur mémoire, sur leur histoire", explique-t-il. Il a travaillé sur des lieux plus modestes, comme un petit moulin, raconte-t-il. Mais pour lui, "le fait d'intervenir au Louvre, c'est assez léger, c'est juste un autre espace. Je ne suis pas en train de devenir mégalo parce que j'interviens au Louvre", dit-il. Pour son projet, il est beaucoup venu au musée : "J'ai regardé les œuvres, particulièrement celles de la Renaissance des pays nordiques, j'en ai emprunté l'aspect allégorique. Ca m'intéressait de m'imprégner du lieu."
Au départ, il n'avait pas très envie de travailler pour la pyramide. "Intervenir avec la lumière ici me paraissait difficile." Et puis il a eu l'idée de faire une trajectoire, un éclair, et il a pensé que ça allait bien résonner avec l'architecture du lieu. Il a beaucoup regardé des marines avec des représentations de la foudre et c'est venu.
L'artiste est parti d'un dessin fait par un enfant, Hamza Aboudou, qu'il a retravaillé en 3D pour créer son "éclair", "en écho avec la pyramide".


Palais-Royal / Musée du Louvre
pyramide de Ieoh Ming Pei — 75001 Paris
tout les jours > à voir à la nuit tombée

Informations :
33 1 40 20 53 17
Site : http://www.paris-art.com/centre-art-contemporain/musee-du-louvre


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
«Mémoires Vives» Fondation Cartier pour 30 ans d'art contemporain
De Raymond Hains à James Lee Byars, de Nan Goldin à David Lynch, de Mœbius à Ron Mueck, Mémoires Vives présente des œuvres d'artistes magnifiques, à découvrir ou à redécouvrir.
Exposition > 10 mai > 21 septembre 2014
30 ansjaune
© Fondation Cartier
Le 20 octobre 1984, Cartier inaugure la Fondation Cartier pour l'art contemporain, une initiative pionnière en faveur de la création contemporaine. À Paris, dans le bâtiment de verre et d'acier de l'architecte Jean Nouvel, la Fondation Cartier pour l'art contemporain expose et donne la parole à des artistes du monde entier.
Pendant un an, la Fondation Cartier pour l'art contemporain vous invite à célébrer avec elle 30 ans de mécénat libre et généreux fait d'engagement et de singularité, de dialogue ininterrompu avec des créateurs de tous horizons et de toutes disciplines.

Fondation Cartier pour l'art contemporain
261, boulevard Raspail — 75014 Paris
tout les jours > à voir à la nuit tombée

Informations : +33 (0)1 42 18 56 50
Site : http://fondation.cartier.com










Google