Et Alors association d(art contemporain

Pour l'Art Contemporain Artistes Archives Alentours À lire Liens Contact

À Voir, à découvrir
à revoir


Alentours
-----------------
2017 Biennale à Lyon
2017 Biennale à Venise
2015 Biennale à Venise
2015 Biennale à Lyon
2013 Biennale à Venise
2013 Biennale à Lyon
2011 Biennale à Lyon
2011 Biennale à Venise
2009 Biennale à Venise
2009 Biennale à Lyon
Christian Boltanski
Sophie Calle à Venise
Kim-Do-hyung
Hyungkoo-Lee à Venise
Keith Haring
Philippe Favier
Yan Pei-Ming
Exposition Vinyl Event
Xavier Mascaro
Franck Sorbier
101 chaises-oeuvres
------------------






















Xavier Mascaró

« Guardianes »
Jardins du Palais Royal


Pendant que les colonnes de Buren se font ravaler la façade, les Jardins du Palais Royal accueillent, sous le titre « Guardianes », une installation monumentale, puissante et métaphorique, le Jardin du Palais Royal se prête bien aux expositions extérieures, et cette fois, c'est un sculpteur espagnol, Xavier Mascaró, qui vient d'y installer ses dix gardiens.

Une nouvelle invitation à flâner et à se poser quelque temps dans ce havre de calme et de beauté en plein centre de Paris.

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Jardins du Palais Royalgris© Photo TP

Xavier Mascaró, représentant majeur de la nouvelle génération de la sculpture ibérique, il explore les mythes et les croyances universelles.

Si le traitement frustre du matériau brut, le fer, avec une figuration réduite à l’essentiel, et des formes souvent qualifiées de « squelettiques », ressortit à la sculpture contemporaine, la thématique s’inscrit dans un ancrage classique, et notamment espagnole.

Du fer, rien que de la fonte. Dix carcasses à forme humaine de près de trois mètres de hauteur, les « Guardianes » ouvrent et ferment la marche autour d’une épave de navire échouée sur le sable, « Departure ».

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Xavier MascarogrisXavier Mascarogris
© Photos TP

Xavier Mascaró dit aborder le thème de la mort et du passage.
La coque symbolise l'emblématique traversée du Styx, bateau qui mène l’âme vers le paisible royaume des morts sous l’escorte de gardiens anonymes et clonés.
Des gardiens énigmatiques, guerriers fantômes réduits à leur armure qui ont déposés leurs armes.
Des armures en forme de cage de fer dont les ouvertures révèlent le vide.
Le vide à moins que ce ne soit simplement, par référence aux préceptes bouddhiques, la présence immanente, mais dépourvue d’enveloppe corporelle, l’état ultime de la spiritualité.
Son travail s’inscrit dans la grande tradition de l’Histoire de l’art espagnole, mais il y insuffle une énergie nouvelle, créant ainsi une oeuvre actuelle. Son expression plastique, bien que formelle, ne cesse d’évoluer, et renvoie « à ce qui ne se voit pas ». Ainsi, l’exposition Guardianes qui propose « Departure » une barque veillée par des Bouddhas, les « Guardianes », se veut, selon l’artiste « une porte sur l’avenir de son propre travail ».


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Xavier MascarogrisXavier MascarogrisXavier MascarogrisXavier Mascarogris© Photos TP


Né à Paris en 1965, Xavier Mascaró rejoint la section Beaux-arts de la faculté de Barcelone. C’est en 1984, qu’il se confronte aux oeuvres monumentales. Depuis 2004, il s’intéresse à de nombreux matériaux, aussi différents que le verre, le plomb, la résine et la pierre.
Il vit entre New York et Madrid.

Organisée par l’association « Sculptures au Palais-Royal », grâce au soutien du ministère de la Culture et de la Communication, « Guardianes », exposition jusqu’au 8 novembre 2008, dont le commissariat est assuré par Solange Auzias de Turenne, est un hommage à Pierre-André Boutang, président de l’association, disparu en août 2008.
















Google