Et Alors association d(art contemporain

Pour l'Art Contemporain Artistes Archives Alentours À lire Liens Contact

À Voir, à découvrir
à revoir


Alentours
-----------------
2019 Biennale à Venise
2017 Biennale à Lyon
2017 Biennale à Venise
2015 Biennale à Venise
2015 Biennale à Lyon
2013 Biennale à Venise
2013 Biennale à Lyon
2011 Biennale à Lyon
2011 Biennale à Venise
2009 Biennale à Venise
2009 Biennale à Lyon
Christian Boltanski
Sophie Calle à Venise
Kim-Do-hyung
Hyungkoo-Lee à Venise
Keith Haring
Philippe Favier
Yan Pei-Ming
Exposition Vinyl Event
Xavier Mascaro
Franck Sorbier
101 chaises-oeuvres
------------------
















↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Le Cent Quatre
Le Cent Quatre



↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓

les pompes funèbres (SMPF)blancles pompes funèbres (SMPF)blanc © Photos DR

Histoire du lieu

Après l’édification du bâtiment en 1873 par le diocèse, c’est en 1905, avec la séparation de l'église et de l'état, qu'est créé le service municipal des pompes funèbres (SMPF), vécu comme un progrès des idées républicaines : en effet, tout un chacun avait désormais droit à une cérémonie, quels que soient sa religion, son statut (les femmes divorcées devaient auparavant être enterrées de nuit) ou les conditions de sa mort (les suicidés étaient aussi bannis).
Le monopole municipal concernait les cercueils, les corbillards, les « porteurs » et les cimetières.
Une part importante du travail relevait de la « pompe ».

les pompes funèbres (SMPF)jauneblanc© Photo DR

Ainsi, il était obligatoire (jusque dans les années 1980) de placer des tentures à l'entrée des bâtiments où se trouvaient des morts.
Ce monopole municipal de la pompe funèbre a pris fin avec la loi Sueur du 8 janvier 1993. Sur le site de la rue d'Aubervilliers, l'activité a décliné progressivement jusqu'au départ du dernier employé en 1997.
Durant les années de pleine activité, 27 000 corbillards partaient chaque année du SMPF, 1 400 personnes y travaillaient, dont une quarantaine de femmes. Les Pompes funèbres employaient aussi bien des menuisiers et des ébénistes que des carrossiers, des mécaniciens, des couturières, des peintres ou des maçons. Les fonctions étaient très codifiées : bureau d'exécution des convois, régleur, porteur…¶
Sur le site se trouvaient donc des bureaux, des écuries, un service d'état civil, des ateliers, une cantine, un coiffeur, un cireur, des logements pour les employés d'astreinte, des entrepôts pour les mâts et les tentures, etc. Les anciens du service municipal des pompes funèbres gardent un souvenir ému de la solidarité qui y régnait, de l'ambiance, de l'équipe de foot, de l'orchestre…
Ces « bons moments », ainsi que la fierté de participer à un événement si important avec une telle dignité, permettaient d'oublier les difficultés inhérentes à la fonction. En mai 1968, le site fut autogéré pendant un mois sans le moindre incident, donnant aux cols blancs et aux cols bleus l'occasion de sortir de leur isolement respectif. Contrairement à une idée très répandue, le SMPF n'avait pas vocation à accueillir de corps. Mais il a dû répondre à des solutions extrêmes. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que des guerres d'Algérie et d'Indochine, des dépouilles des victimes furent présentées aux familles sur le site.

Historique réalisé à partir des travaux de Christine Blancot, Christèle Falzon, Gérard Simonet


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓

Le CENTQUATRE est un lieu de créationblancLe CENTQUATRE est un lieu de créationblancLe CENTQUATRE est un lieu de créationblancLe CENTQUATRE est un lieu de créationblancLe CENTQUATRE est un lieu de créationblancLe CENTQUATRE est un lieu de créationblancLe CENTQUATRE est un lieu de créationblancLe CENTQUATRE est un lieu de créationblancLe CENTQUATRE est un lieu de créationblancLe CENTQUATRE est un lieu de créationblanc© Photos TP



À la rencontre de tous les arts

Le CENTQUATRE est un lieu de création et de production artistique unique au monde.
Ouvert à tous les arts, cet espace de 39 000 m2 compose un ensemble architectural inédit où l'art vient à la rencontre des publics.
Le projet des deux directeurs, Robert Cantarella et Frédéric Fisbach, s'attache tout particulièrement à faire de la singularité des langages artistiques présents au CENTQUATRE, le lieu d'une expérience ancrée dans le quotidien. Un lieu où la dynamique artistique bouscule les frontières entre les arts et les publics. Ainsi au CENTQUATRE l'art et la culture s'ouvrent aux spectateurs mais aussi aux passants et aux curieux. Cette orientation forte impulse des modes de fabrication, de production et de visibilité de l'art résolument nouveaux. Les espaces d'accueil et de travail du CENTQUATRE ainsi que l'ensemble des programmes, fêtes et évènements seront pensés dans cette dynamique artistique. Cette approche entend multiplier les voies d'accès à l'art et permettre des ouvertures inédites vers la création contemporaine. Une trentaine de projets artistiques seront développés chaque année, pouvant occasionner la présence simultanée sur le site de près de 200 artistes venus du monde entier. Lieu de production, le CENTQUATRE donnera aux artistes les moyens techniques, financiers et humains de créer une oeuvre. Les moyens également d'imaginer des modes de production et de coproduction inédits.
Durant la durée de leur séjour, les artistes utiliseront les différents espaces mis à leur disposition en fonction de leurs besoins.
Ces espaces pourront être adaptés selon les orientations artistiques choisies et les étapes de travail. Chaque artiste est ainsi libre d'en exploiter la plasticité et de leur donner une destination éphémère et réversible. Parallèlement aux ouvertures d'ateliers, trois festivals ponctueront l'année en proposant les travaux finis des artistes présents au CENTQUATRE.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓

Paul CoxblancPaul CoxblancPaul Coxjauneblanc© Photos TP
Dans le cadre du 1% artistique, Paul Cox propose "Faites votre exposition vous-même"
Une impressionante maquette du Centquatre permettant au public de ce nouveau lieu de création et de production artistique de créer ses propres installations en miniature.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓

L'Atelier Le BaltoblancL'Atelier Le Baltoblanc
© Photos TP
À la table de jardinage !
L'Atelier Le Balto et ses complices :
Céline Aubernias & Taro Ernst / Chloé Sanson & Alice Mahin /
François Vadepied & Mickie Viars / Jean-Christophe Debord & Olivier Hottot / Jean-François Junier & Béatrice Fauny / Katell le Tiec & Sylvie da Costa / des étudiants de l'ENSP / Marion Dutoit & Etienne Panien / Mathieu Gontier & Ivan Zantchevsky / Nil Lachkreff & Florian Delon / Pauline Robiliard & Céline Pinon.


↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓
Le Cent Quatre

Accès conseillé :
5, rue Curial – Paris 19 — (Accès handicapés)
Téléphone : 01 40 05 51 71

Autre accès possible :
104 rue d’Aubervilliers – Paris 19

Metro : 7, stations Stalingrad / Riquet ou Crimée,
direct de Palais Royal / Musée du Louvre

Informations — le site : http://www.104.fr